Entreprises

La CGEM se mobilise pour les investisseurs MRE

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5073 Le 26/07/2017 | Partager
Lancement d’une 13e région pour mettre en contact cette communauté avec les opérateurs locaux
Le patronat met à leur service son expertise du terrain et son réseau institutionnel
Faciliter le contact avec les décideurs économiques, administratifs et judiciaires
miriem-bensalah.jpg
Miriem Bensalah Chaqroun, présidente de la CGEM, a été très claire. La création d’une 13e région permettra d’aplanir une série de difficultés dont souffrent les investisseurs MRE. Ceux-ci ont «des attentes spécifiques, qui nécessitent des réponses personnalisées», a-t-elle expliqué (Ph. L’Economiste)

«METTRE en place une plateforme pour construire un réseau et stimuler un échange professionnel entre les investisseurs MRE et les entrepreneurs vivant au Maroc». C’est l’objectif de la création de la 13e région CGEM, lancée lundi dernier à Rabat, à l’occasion de la 1re édition du Moroccan Business Bridge. Le patronat se mobilise pour favoriser une plus grande implication des MRE dans le développement de l’économie nationale. «Avec vos transferts en devises, vous contribuez à l’équilibre macroéconomique du Maroc», a rappelé la présidente de la CGEM, Miriem Bensalah Chaqroun. Elle a mis l’accent sur le potentiel de cette communauté en tant que «réseau de compétences, qui contribuent à l’innovation et à la création de valeur ajoutée et d’emplois, tout en s’abreuvant de ce capital immatériel qu’est leur marocanité». Aujourd’hui, elle a appelé à aller plus loin. Elle a lancé un appel aux investisseurs MRE, dont plusieurs ont fait le déplacement à l’occasion de cet événement, à «être les acteurs du changement et de l’évolution du Maroc». Pour elle, cette catégorie d’investisseurs a «des attentes spécifiques, qui nécessitent des réponses personnalisées». 
Les multiples tracas administratifs, auxquels font face les Marocains résidant à l’étranger, sont régulièrement pointés du doigt. Des difficultés que reconnaît le gouvernement. Mohamed Aujjar, ministre de la Justice, a concédé qu’il y a un «grand décalage entre la déclinaison de nos ambitions politiques et leur mise en application». C’est pour faire face à cette situation que «la création de la 13e région CGEM constitue une réponse à la fois réalisable, concrète et opérationnelle», selon Abdelkrim Benatiq, ministre délégué en charge des MRE. Pour lui, cela traduit «l’articulation entre migration et développement».Concrètement, à travers cette 13e région, «la CGEM sera le point d’ancrage des investisseurs MRE, et leur porte-parole auprès des pouvoirs publics», a expliqué Bensalah. Le patronat mettra au service des opérateurs marocains résidant à l’étranger «sa représentativité institutionnelle, sa légitimité en tant que partenaire du gouvernement, en plus de sa connaissance de la réalité de l’entreprise et de l’administration», a expliqué la présidente de la CGEM. En se mobilisant pour cette catégorie d’investisseurs, l’organisation patronale va jouer un rôle d’intermédiation pour «faciliter les contacts avec les décideurs en matière économique, administrative et judiciaire». 
La CGEM mettra également au service des opérateurs de la diaspora son «réseau de diplomatie économique». L’objectif est de les accompagner sur certains marchés étrangers. Une plus grande implication de cette communauté sera un atout pour la stratégie marocaine de conquête du marché africain.

Dynamisme

«CERTES, l’immigration peut être conçue comme un choix individuel afin de réaliser des aspirations personnelles. Mais la migration, dans sa dimension collective, peut être un levier pour un vrai développement». Abdelkrim Benatiq a mis l’accent sur le rôle décisif des Marocains du monde dans l’impulsion de la dynamique économique au Maroc. Idem pour Mohamed Aujjar, ministre de la Justice, qui a appelé à miser sur «le dynamisme et le positivisme» de cette communauté. Pour lui, «toutes les conditions sont réunies pour que les entrepreneurs marocains résidant à l’étranger puissent investir au Maroc, grâce notamment à un cadre législatif adapté et à l’expertise des banques marocaines». C’est dans ce contexte que s’inscrit l’apport de la 13e région CGEM. Celle si se donne pour mission de «réunir des milliers de membres à travers le monde, afin de partager la volonté d’innover et de créer des solutions et services qui favoriseraient les échanges économiques». 
Dans cette dynamique, trois mots clés sont mis en avant par les responsables du patronat: confiance, partage et croissance. En plus de l’effort d’intermédiation qui sera mené grâce à cette nouvelle plateforme, elle favorisera aussi le partage d’informations ciblées, fiables et actualisées, décisives pour donner plus de visibilité aux investisseurs.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc