Economie

Un contrat-programme entre l’Etat et les Régions bientôt

Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5071 Le 24/07/2017 | Partager
Il délimitera les responsabilités dans l’élaboration et l’exécution des projets
Une des promesses d’El Othmani lors de la première étape de sa tournée à Béni Mellal
Des commissions régionales du climat des affaires avant la fin de l’année

«Notre visite dans la Région Béni Mellal-Khénifra entre dans le cadre de la nouvelle politique adoptée dernièrement par le gouvernement pour assurer le suivi des chantiers en cours». C’est en ces termes que le Chef de gouvernement, Saâdeddine El Othmani a introduit les débats lors de la journée consacrée à la réunion de 12 ministres de son gouvernement avec les élus, les associations professionnelles, la société civile et autres représentants des services externes.
Dans son allocution, le Chef de gouvernement a annoncé notamment l’instauration dans les prochaines semaines d’un contrat-programme qui liera désormais l’Etat à chacune des 12 régions administratives. Un contrat qui va délimiter les responsabilités des uns et des autres dans l’élaboration, la conception et l’exécution des projets. «Nous devrons tous être en mesure de diagnostiquer aussi vite que possible les entraves et les blocages des projets, pour pouvoir y remédier dans les plus brefs délais», a souligné El Othmani. Et aussi en aviser le citoyen dans le cadre de la nouvelle approche de communication et d’ouverture sur les populations. Dans le même ordre d’idées, le Chef de gouvernement a également annoncé que les dernières retouches sont apportées actuellement à un projet de pacte de non-concentration qui fera l’objet d’un décret prochainement. L’objet de ce pacte est d’asseoir davantage la régionalisation avancée en dotant les régions administratives de représentants des administrations centrales. Il ne sera plus question alors d’attendre qu’un projet fasse des allers et retours entre la région et les départements ministériels installés à Rabat.
El Othmani a également indiqué que des commissions régionales du climat des affaires seront mises en place avant la fin de l’année et auront pour tâche de renseigner les investisseurs pour les convaincre à venir s’installer dans les régions. Et cela à travers des indicateurs définis auparavant. Une sorte de «doing business» régional.

etat-rigions.jpg
 

Parlant de la Région Béni Mellal-Khénifra, El Othmani a reconnu qu’elle n’a pas bénéficié autant que d’autres des grands chantiers de développement initiés par le gouvernement. Il a promis que tout sera fait pour remédier à cette situation.
De son côté,  le wali de la Région Béni Mellal-Khénifra, Mohamed Dardouri, a passé en revue tous les projets lancés, en cours de lancement ou de réalisation. Une sorte de bilan d’étape. Il s’est toutefois longtemps arrêté sur le secteur agricole. Selon lui, une extension du périmètre irrigué doit être envisagée. Il a également souligné que le taux de réalisation des travaux du grand agropole de Béni Mellal, qui sera réalisé sur une superficie de 208 ha, a dépassé les 50%. Une convention a été établie entre le promoteur-développeur (Sapino), le Conseil régional et les départements ministériels concernés. Déjà des entreprises ont commencé à s’y installer. Il a toutefois déploré l’absence des services concernés par les exportations et les importations et aussi par le contrôle de la qualité.
Mohamed Dardouri n’a pas, non plus, manqué de rappeler les opportunités d’investissement dans le secteur du tourisme. La région regorge d’atouts et de niches pour le développement du tourisme rural, de montagne, des lacs. Un tourisme vert qui serait au service de la sauvegarde de l’environnement tout en permettant un développement durable conséquent. Il a appelé dans ce sens à l’activation du contrat-programme signé, il y a quelques années déjà, avec le département en charge du Tourisme, indiquant cependant que des contacts ont été établis avec le nouveau ministre, Mohamed Sajid.
Le wali a également souligné l’importance du projet de voie ferrée devant relier la ville d’Oued Zem à celle de Béni Mellal via Fkih Ben Saleh. Longue d’environ une centaine de kilomètres, sa construction va nécessiter un investissement de l’ordre de trois milliards de DH. L’étude pour la réalisation de ce projet a été lancée en avril 2013 par l’ONCF. Le choix du tracé a été finalisé en mars 2016.
Autre projet d’envergure à mettre en place: une autoroute Marrakech-Béni Mellal-Meknès. Celle-ci devrait permettre à le région Béni Mellal-Khénifra de tirer profit de tous ses atouts notamment dans le secteur du tourisme. En outre, des  axes routiers stratégiques pour le désenclavement et l’ouverture des zones montagneuses sur les régions limitrophes et sur le projet de l’autoroute, sont en cours d’exécution. Il s’agit de la réalisation de 418 km de routes pour un montant de 1,1 milliard de DH.

 

________________________________________

Béni Mellal-Khénifra: 36,3 milliards de DH à trouver pour le PDR

INTERVENANT lors de la rencontre, Brahim Moujahid, président du Conseil régional de Béni Mellal-Khénifra a rappelé qu’un Plan de développement régional (PDR) a été adopté dernièrement. Un plan qui a fixé provisoirement le montant des investissements nécessaires à 36,3 milliards de DH. Un budget qui devrait permettre à la Région Béni Mellal-Khénifra de franchir des pas supplémentaires vers le développement intégré d’ici l’année 2021. Cependant, la Région Béni Mellal-Khénifra ne dispose pas des 36,3 milliards de DH. Il s’agit certes d’un budget à la hauteur de ses ambitions. Encore, faut-il trouver (et où?) tout ce montant au cours des cinq prochaines années restantes de l’actuel mandat du Conseil régional. Ce dernier va participer à hauteur de 26% au budget global alloué au plan de développement. Soit donc 4,9 milliards de DH. Le reste est à chercher auprès de la centaine de partenaires engagés dans la réalisation des 1.682 projets retenus par le projet de Plan de développement régional (voir encadré). Parmi ces projets, figurent notamment la construction d’un Centre hospitalier universitaire (CHU) et d’une Faculté de médecine, d’un Musée national du tapis, du géo-parc de M’Goun, du Dino-parc, d’un stade de football à Béni Mellal et d’un autre à Khouribga. S’ajoutent la création d’un pôle de compétitivité et d’un autre réservé à la recherche, au développement et au contrôle de la qualité.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc