International

Pékin veut plus d’importations et d’IDE

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5068 Le 19/07/2017 | Partager
Elle créera un comité de stabilité financière
Une dette privée publique qui représente 250% du PIB
chine-importations-ide.jpg

La Chine a connu en 2016 une croissance de 6,7%, sa plus faible performance depuis 26 ans. La croissance de 6,9%, enregistrée au premier semestre 2017, est supérieure aux attentes du gouvernement pour l’ensemble de 2017,  qui était aux alentours de 6,5%

La Chine veut accélérer son ouverture économique. Au lendemain de son intervention devant une instance nationale chargée des affaires économiques et financières, le président chinois, Xi Jinping a réclamé des mesures pour libéraliser le commerce. Il a également insisté sur la nécessité de simplifier les procédures d’importation, et de réduire les droits de douane sur certains produits de consommation. Tels que les produits pour nourrissons, les soins aux personnes âgées, le design architectural, la comptabilité, l’audit, la logistique et le commerce électronique. 
Le président a, aussi, appelé à «accroître activement les importations et à stabiliser les exportations».
Ainsi, le régime mettra en place un comité de stabilité financière, placé directement sous le contrôle du gouvernement. Cela permettra de coordonner entre les entités de supervision. Par ailleurs, le rôle de la banque centrale sera renforcé.
Depuis le début de l’année, Pékin a enregistré un excédent commercial de 42,7 milliards de dollars, avec une augmentation de 17,2% de ses importations et de 11,3% de ses exportations sur un an. En conséquence, le président Xi Jinping a déclaré lundi dernier qu’il «supprimerait les barrières administratives afin de stimuler l’investissement étranger et renforcer les contrôles financiers pour réduire les risques». «Globalement, l’économie nationale a maintenu un rythme régulier et stable au premier semestre, établissant un socle ferme pour atteindre l’objectif annuel de croissance», rassure le porte-parole du Bureau national des statistiques, Xing Zhihong, en annonçant les chiffres du PIB. En effet, le produit intérieur brut a enregistré une croissance de 6,9% au deuxième trimestre 2017. 
Les performances de la production industrielle ont également été encourageantes, de même que les ventes de détail et l’investissement. Toutefois, la Chine traîne derrière elle une dette privée et publique colossale qui a atteint 250% du PIB. Cette dernière suscite l’inquiétude des institutions internationales et des agences de notation financière. En avril dernier, le Fonds monétaire international (FMI) avait tiré la sonnette d’alarme en reprochant à Pékin de privilégier la croissance à court terme au détriment de l’assainissement de son système financier.
Le président chinois a, en outre, appelé Donald Trump à réduire le déséquilibre commercial entre les deux pays, par une hausse des importations chinoises. En effet, le déficit commercial américain vis-à-vis de la Chine est important, et constitue l’une des priorités du président américain. Ce dernier avait, lors de sa campagne électorale, accusé la chine de «voler» des millions d’emplois aux Etats-Unis, et de sous-évaluer sa monnaie. Ces accusations ont été abandonnées depuis.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc