Culture

Casablanca retrouve son festival

Par Amine BOUSHABA | Edition N°:5065 Le 14/07/2017 | Partager
10 jours de fête pour un budget de 20 millions de DH
Une programmation essentiellement nationale
ambiance-festival-casablanca.jpg

C’est une ambiance de fête conviviale, jeune mais également familiale, qui prévaut dans les deux grandes  scènes du festival dans les quartiers d’El Hank et Aïn Sebaa

Populaire et bon enfant. C’est l’impression qui se dégage du Festival international de Casablanca qui se poursuit dans la métropole jusqu’au 16 juillet. L’évènement, auquel la SDL Casablanca Events et Animation a redonné une seconde vie, après des années d’absence, propose deux scènes dans les quartiers de Aïn Sebaa et El Hank ainsi que plusieurs espaces de spectacles et de créations artistiques au niveau des 16 arrondissements que compte la ville. Il faut dire que le pari était difficile, car après plusieurs rendez-vous avortés, les Casablancais désespéraient de renouer avec leur festival, gardant en mémoire deux éditions exceptionnelles (2005 et 2006) qui avaient laissé la ville en émoi pendant une semaine avec une programmation pluridisciplinaire exceptionnelle. C’est donc avec un concept «imaginé par les Casablancais pour les Casablancais!», selon Mohamed Jouahri, patron de Casablanca Events et Animation, que le festival revient cette année.
Les organisateurs ont opté pour  trois grands axes: Casa Créative qui met en avant des créations inédites spécialement concoctées pour le festival, Casa Arts avec un programme d’arts visuels dans toute la ville et Casa Concerts avec des rendez-vous musicaux sur les deux grandes scènes ainsi que celle de la Place des Nations unies le week-end. Une programmation qui se veut un hommage à la ville blanche, à l’instar du spectacle d’ouverture (musique, danse urbaine, art du cirque et acrobatie) mis en scène par le scénographe Philipe Cieutat, familier des grandes fresques humaines, qui a rassemblé plus de 100 artistes. Une leçon de civisme, de citoyenneté et de vivre ensemble. Des valeurs que la SDL avait déjà mises en avant dans la bande dessinée «Casawa» qu’elle a éditée sous le coup de crayon caustique de l’artiste Rebel Spirit. Côté programmation musicale, même si la sélection reste modeste, par rapport au méga festival de Rabat,  elle est néanmoins sympathique et grand public. Gloria Gaynor, Oum, French Montana, Dizzy Dros, Fnaire, DJ Naamane, Aziz Sahmaoui, Hoba Hoba Spirit, Stati, Zina Daoudia et bien d’autres ont réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes. Mercredi soir, DJ Van, en collaboration avec plusieurs artistes nationaux tels que le rappeur Muslim ou encore la jeune chanteuse Nawal, a réuni un public juvénile et très enthousiaste tout comme les très jeunes Kid United, la veille, qui ont conquis parents, enfants et adolescents. Avec un budget relativement modeste (20 millions de DH), les organisateurs ont pris le parti d’une programmation majoritairement nationale. Sont attendus pour le reste du festival: Don Bigg, Nass El Ghiwan, Daoudi. Le maître ivoirien du métissage Tiken Jah Fakoli devra clôturer les festivités sur la scène d’El Hank, une soirée aux sonorités reggae avec en «vedette américaine»  WachM’n Hit, qui choisit le reggae-roots pour exprimer son vécu et surtout les contradictions de la société marocaine. Sur la scène de Aïn Sebaa, c’est Maher Zein qui revient après un concert d’ouverture remarqué.

ambiance-festival-casablanca2.jpg

En ouverture du festival, un spectacle alliant musique, danse urbaine, acrobatie en hommage à la diversité et au vivre ensemble dans la ville blanche. Pendant 10 jours, 600 artistes nationaux et internationaux présenteront près de 40 concerts

Côté public, c’est une ambiance de fête conviviale, jeune mais également familliale qui prévaut dans les deux scènes. Les riverains ravis de l’animation n’hésitent pas à installer chaises pliantes et nappes de pique-nique pour profiter de ces soirées estivales. Sur les autres sites du festival, du cinéma en plein air à la plage Sidi Bernoussi ou encore  du graffiti  avec Casa Mouja, sans oublier le théâtre de rue, le cirque et les contes ainsi que la halka offrant différentes animations dans la ville.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc