Société

Al Hoceïma: Ramid implique les ONG

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5061 Le 10/07/2017 | Partager
Il a promis d’intégrer leurs propositions dans un rapport élaboré par le gouvernement
Les associations plaident en faveur de la libération des détenus
Et se solidarisent avec le CNDH
mustapha-ramid.jpg

Mustapha Ramid, ministre d’Etat en charge de la Justice, a indiqué que «les investigations ont montré que Mohcine Fikri, dont le décès avait conduit à l’organisation des premières manifestations, a été tué par erreur par son ami, comme cela a été attesté par des enregistrements vidéo»

Le gouvernement veut impliquer les ONG pour trouver une issue à la situation à Al Hoceïma. Mustapha Ramid, ministre d’Etat en charge des Droits de l’homme, a organisé une rencontre avec les associations, surtout celles ayant élaboré des rapports sur les événements dans cette province. L’objectif, intégrer leurs observations et recommandations dans un rapport réalisé par le gouvernement sur ce dossier, dont une première mouture est déjà prête. Ramid, dont les relations ont été souvent tendues avec les ONG, a affirmé qu’il prendra en compte «les propositions qu’il jugera raisonnables». Il a clairement fait savoir qu’il ne partage pas plusieurs conclusions de rapports réalisés par la société civile sur les événements d’Al Hoceïma. Parmi les acteurs associatifs ayant participé à cette rencontre, Salah El Ouadie, qui a mené un travail d’écoute et de dialogue avec les populations, dans le cadre d’un collectif d’ONG. Pour lui, des prérequis sont nécessaires pour favoriser le dénouement de cette crise. En tête, «la libération des détenus». Pour Ramid, «ce dossier est entre les mains de la justice, seule habilitée à trancher». Mais il a laissé entendre que d’autres options juridiques peuvent offrir une solution, dont la demande de grâce. Leur activation nécessite, selon lui, la réalisation de certaines conditions, en tête le retour au calme. Pour certains cas particuliers, notamment celui de la jeune Sylia, qui souffrirait actuellement de problèmes psychologiques suite à son incarcération, le ministre d’Etat a promis de solliciter son collègue à la Justice, Mohamed Aujjar, pour permettre sa libération provisoire pour des raisons de santé.
Les associations avancent que «l’annonce des résultats de l’enquête pour déterminer les responsables du retard de la réalisation des projets de développement», constitue aussi un élément qui permettra un apaisement de la situation. Salah El Ouadie, également ex-porte parole du PAM, a proposé la mise en place d’un comité de veille, constitué d’associations, pour faire le suivi de la réalisation de ces programmes de développement. Pour Ramid, «l’accélération de la réalisation des projets prévus traduit désormais une ferme volonté royale».
La question «d’allégations de torture de certains détenus» a été aussi évoquée. Plusieurs représentants d’associations se sont montrés solidaires avec le CNDH, dont le rapport sur les événements d’Al Hoceïma est très attendu. Certaines parties de ce rapport qui ont fuité la semaine dernière ont suscité une véritable polémique, ayant poussé le Conseil présidé par Driss El Yazami à publier une mise au point, concernant le caractère partiel des données publiées.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc