Habillage_leco
International

Crise du Golfe: Le bras de fer continue

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5060 Le 07/07/2017 | Partager
Riyad et ses alliés maintiennent leurs sanctions contre Doha
Cette crise s’ajoute à l’instabilité au Moyen-Orient

Riyad et ses alliés ont déploré, à l’issue d’une réunion au Caire, la «réponse négative» du Qatar à leurs conditions pour mettre fin à la crise dans le Golfe. Ils ont ainsi annoncé le maintien de leurs sanctions contre Doha. Les chefs de la diplomatie saoudienne, égyptienne, émiratie et bahreïnie ont convenu de tenir leur prochaine réunion à Manama, capitale du Bahreïn, à une date non précisée. Cette crise s’ajoute à l’instabilité au Moyen-Orient. 
L’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte ont rompu il y a un mois avec ce petit émirat riche en gaz, qu’ils accusent de soutenir «le terrorisme et d’entretenir des relations trop étroites avec l’Iran». Ils ont imposé à Doha des sanctions économiques, l’Arabie saoudite fermant sa frontière terrestre avec le Qatar, la seule de l’émirat. Pour mettre fin à ce bras de fer, les quatre pays avaient adressé au Qatar une liste de 13 demandes, réclamant, entre autres, «la fermeture d’une base militaire turque et de la télévision Al-Jazeera, qu’ils jugent trop agressive, et de réduire ses relations avec l’Iran». 
Le Qatar, qui a rejeté les accusations de terrorisme, avait jugé cette liste «irréaliste et irrecevable». Il avait répondu à ces exigences lundi dernier dans un message au Koweït, qui joue le rôle de médiateur.  Avant la réunion du Caire, le chef de la diplomatie du Qatar, Mohamed ben Abderrahmane Al-Thani, avait déclaré à Londres que son pays était prêt «à s’engager dans un processus de négociations, dans un cadre clair qui garantit sa souveraineté». Mais il avait aussi dénoncé les sanctions comme «une agression évidente et une insulte à tous les traités internationaux». 
Plusieurs pays ainsi que le Conseil de sécurité de l’ONU ont appelé au dialogue pour résoudre cette crise dans un Moyen-Orient déjà agité par de nombreux conflits. Après qu’il ait proposé ses bons offices (cf. notre édition N°5044 du mardi 13 juin 2017), le Maroc a décidé aussitôt d’envoyer des avions chargés de produits alimentaires à destination de l’Etat du Qatar. Une mesure justifiée par des raisons exclusivement humanitaires. Sachant que la position du Maroc à ce sujet a fait l’objet d’un communiqué rendu public dimanche 11 juin 2017.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc