Analyse

Agriculture/Casablanca-Settat: La Région, nouveau grenier du Maroc?

Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5045 Le 14/06/2017 | Partager
Une production de plus de 26 millions de quintaux
Pluviométrie, semences certifiées, sensibilisation... la recette qui marche
Le semis direct, accélérateur de performance
prodction_agriculture_045.jpg

Les rendements à l’hectare enregistrés cette année ont dépassé toutes les prévisions. Dans les zones irriguées, ils ont été au-delà de 54 quintaux par hectare

Bingo! La Région Casablanca-Settat vient de décrocher le jackpot et devient sans conteste le «grenier du Maroc». Avec une production totale de plus de 26 millions de quintaux, elle a désormais de quoi consolider ses ambitions de première région agricole du pays. Elle assure maintenant 25% de la production nationale en céréales. Avec ces résultats, c’est une saison agricole exceptionnelle qui est attendue, peut-être même comparable à celle de l’année 2009.

En cette année, la production céréalière dans la région avait dépassé les 10 millions de quintaux. La province de Settat avait alors produit le dixième des prévisions annoncées par le département de l’Agriculture (102 millions de quintaux). En somme, la campagne agricole 2016-2017 s’est déroulée dans des conditions favorables et propices à l’activité.

L’importante pluviométrie avec une régularité conséquente a permis dès les premiers labours d’espérer une bonne saison. Mais, on était loin de s’attendre à une récolte record. La pluviométrie moyenne cumulée (jusqu’au 31 mai dernier) a été de 277 mm. Soit un surplus de 20% par rapport à la campagne agricole précédente.

A l’origine aussi de ce résultat, l’organisation de plusieurs rencontres sous forme de journées d’information et de sensibilisation pour l’approvisionnement en intrants agricoles (semences et engrais) au profit des agriculteurs de toutes les provinces relevant de la zone d’action de la Direction régionale de l’agriculture (DRA) de Casablanca-Settat.

Côté semences certifiées, quelque 451.085 quintaux ont été mis à la disposition des agriculteurs dans le cadre des mesures prises par l’Etat au début de la campagne agricole. Pas moins de 77 points de vente répartis sur l’ensemble du territoire de la région ont été installés. La quantité disponible de semences certifiées était composée de 296.619 quintaux de blé tendre, 217.763 quintaux de blé dur et 26.703 quintaux d’orge.

La mécanisation avance sûrement

Concernant la commercialisation des engrais, la quantité écoulée au niveau des points de vente Sonacos a atteint 137.000 quintaux, soit presque 100% de la quantité disponible. Ces conditions favorables ont encouragé les agriculteurs à réaliser les opérations de préparation des terres agricoles et des semis dans de bonnes conditions. Aussi, la superficie totale emblavée a été de l’ordre de 1.165.205 hectares.

Près de 900.000 hectares de cette superficie ont été consacrés aux céréales d’automne. A signaler que 6.000 hectares ont été réalisés en semis direct et que 80% ont été semés mécaniquement. C’est dire que le taux de mécanisation de l’agriculture dans cette région a franchi un très grand pas dans l’objectif de sa modernisation.

campagne_agricole_045.jpg

Une superficie de 898.238 ha a été réservée à la céréaliculture. L’on constate aussi que seulement 132.162 hectares, sur les 1.163.205 hectares emblavés, sont irrigués (soit 11%). Un effort reste donc à faire sur ce registre

Le programme de multiplication des trois principales  semences en céréales au niveau de toute la région a atteint 16.452 hectares dont 5.159 en irrigué. Ainsi, 8.408,5 hectares ont été réservés au blé tendre, 6.201 hectares au blé dur et 1.842,5 hectares à l’orge. Ce programme a été réalisé dans sa totalité. C’est ce qui va permettre d’assurer la disponibilité des semences sélectionnées pour la campagne agricole prochaine.

Toujours pour la prochaine campagne, de nombreux agriculteurs ont montré leur intérêt pour de nouveaux procédés de culture, particulièrement  le semis direct. Lancée dans la zone des Doukkala le 13 octobre de l’année dernière à l’occasion du démarrage de la campagne agricole 2016-2017, l’opération «semis direct» fait toujours l’objet d’une attention particulière. C’est ainsi que dans le cadre du suivi de cette opération, une journée a été récemment organisée conjointement par l’Institut national de la recherche agronomique de Settat (INRA) et l’Office régional de la mise en valeur agricole des Doukkala (ORMVAD).

Une soixantaine d’agriculteurs et cadres des deux institutions ont été présents pour évaluer le rendement d’un site de 3 ha semés le 13 octobre 2016 juste avant les premières pluies d’automne. Grâce à la technologie du semis direct introduite pour la première fois dans cette zone, le rendement a dépassé les 32 quintaux à l’hectare, alors qu’en semis conventionnel, les rendements ne vont guère au-delà des 25 quintaux.

En termes d’économie pécuniaire, 900 DH ont ainsi été épargnés au profit de l’agriculteur grâce à la réduction de la quantité du semis qui dépassait habituellement les 2 quintaux de semences sélectionnées à l’hectare. En semis direct, cette quantité est ramenée à 120 kg/ha en plus des économies engendrées par la baisse des budgets engagés dans les travaux du sol.

Cette journée de sensibilisation au semis direct a été une occasion pour les agriculteurs locaux de constater et se rendre compte sur place des avantages économiques et environnementaux de ce procédé de culture. Ils ont, d’ailleurs, tous souhaité bénéficier de cette technologie dans leurs exploitations à partir de la prochaine campagne agricole.

La principale recommandation enregistrée lors de cette journée, c’est l’ultime opportunité de s’organiser en associations pour bénéficier des projets Pilier II du plan Maroc Vert. Le financement est disponible et n’attend que la postulation des agriculteurs une fois organisés dans le cadre d’associations.

La betterave aussi

La campagne d’arrachage de la betterave à sucre 2017 est lancée depuis le début du mois d’avril dernier. L’usinage a débuté dès le 7 avril. Au 30 mai, 683.487 tonnes de betteraves ont été livrées. Cette quantité correspond à une superficie arrachée de 10.500 ha, soit 40% de la superficie réalisée.
La quantité réceptionnée par l’usine, et issue de l’opération d’arrachage mécanique, est de 435.136 tonnes pour une superficie de 6.694 ha, soit 64% de la quantité totale livrée.
La campagne betteravière au titre de 2016-2017 a été caractérisée par la réalisation d’une superficie de 17.000 ha, soit 105% par rapport à la superficie programmée. Et aussi par l’utilisation de 100% de la monogerme et une précocité dans le semis (23% en septembre, 56% en octobre, 19% en novembre et 2% en décembre 2016).
L’on estime que la production de betteraves pour cette année va atteindre au moins 1,5 million de tonnes.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc