Competences & rh

Espace universitaire francophone: Le temps du bilan

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5044 Le 13/06/2017 | Partager
Point sur les actions 2014-2017
Pour des projections futures plus abouties
Malgré un budget limité et un désintérêt croissant pour la francophonie
universite_franphone_044.jpg

Sur la période quadriennale 2013-2016, la répartition géographique des actions, opérations et programmation montre une baisse de financement pour l’Afrique en 2016 et une augmentation pour l’Europe cette même année

Avant de continuer la route, une pause s’impose. L’Agence universitaire de la francophonie (AUF), qui lance sa stratégie 2017-2021, a fait le point sur les forces et les faiblesses des quatre années écoulées. Avec ses 55 ans d’expérience et ses 845 établissements membres dans 111 pays, les opportunités sont grandes. Et la toute première est d’étendre ses actions du culturel vers l’économique et le social. Priorités d’un côté, mais autant de menaces de l’autre.

L’Agence doit en effet se démener avec un budget d’intervention limité et dépendant des variations des politiques publiques, une faible notoriété dans les pays développés et un désintérêt croissant pour la francophonie. Il s’agit donc aujourd’hui de réunir les conditions nécessaires à la transition vers une nouvelle stratégie devenue nécessaire, compte tenu du contexte mondial de l’enseignement supérieur et de la recherche, et de ses liens de plus en plus importants avec son environnement économique, social, environnemental, linguistique et culturel.

La programmation quadriennale 2014-2017, qui avait comme président Abdellatif Miraoui de l’établissement Cadi Ayyad à Marrakech, a focalisé sur l’université en tant que moteur du développement des sociétés. L’Agence a ainsi appuyé la qualité et la diversité des modèles de formation, de recherche et de gouvernance. Condition même de la liberté académique, la gouvernance adéquate des universités favorise, par extension, la coopération entre les institutions et la mobilité des savoirs et des individus. De nouveaux principes ont également été intégrés comme le partenariat, la priorité donnée aux actions structurantes et la capitalisation des expériences. Quelques exemples d’actions concrètes menées sur cette période.

■ Axe formation
L’AUF et l’Agence française de développement (AFD) ont lancé un appel à projets pour identifier et financer des programmes de renforcement de la formation initiale et continue des enseignants du primaire et du collège reposant sur l’usage des TICE en Afrique. Les quatre projets sélectionnés ont concerné 400 maîtres du primaire et 600 enseignants des collèges dans 5 régions de Côte d’Ivoire, 1.000 enseignants du primaire à Madagascar, 840 au Mali et plus de 23.000 au Niger.
■ Axe recherche
Pour répondre aux problèmes d’effectifs pléthoriques dans beaucoup de formations nécessitant des travaux pratiques et à l’absence de laboratoires dans certains établissements, l’AUF a lancé une initiative de création et de mutualisation de laboratoires à distance «elabs». Ces laboratoires communicants sont des dispositifs qui permettent de réaliser, par les réseaux informatiques, des expérimentations scientifiques à distance en manipulant soi-même les appareils et d’en observer les résultats. Sept projets sont en cours de mise en œuvre au Maghreb et en Afrique de l’Ouest.

■ Axe gouvernance universitaire
Dans le prolongement du référentiel maghrébin de l’assurance qualité dans l’université, élaboré dans le cadre du projet Tempus AqiUmed (renforcement de la garantie de la qualité dans des universités de la Méditerranée - Maroc, Algérie et Tunisie), l’AUF a mis en œuvre depuis 2013 un projet pilote pour plus de 30 établissements. Les principaux objectifs étant la formation d’une expertise maghrébine en matière d’auto-évaluation et la mise en place d’un système maghrébin d’évaluation dans les universités.

■ Axe rayonnement international et vie associative
La première réunion regroupant les présidents des conférences régionales des recteurs des établissements membres de l’AUF a été organisée en 2014. L’objectif étant de renforcer le dialogue et les échanges d’expériences et susciter de nouvelles collaborations interrégionales en faveur de l’enseignement supérieur francophone.

Sur cette période...

  •  7.549 aides à la mobilité internationale
  •  6.209 apprenants pour 114 formations ouvertes et à distance
  •  125 formations diplômantes soutenues par an
  •  280 projets de recherche internationaux soutenus
  •  257 doctorants encadrés dans la finalisation de leur recherche doctorale
  •  703 manifestations scientifiques internationales soutenues
  •  26.193 documents et thèses diffusés.

                                                                  

Profession: Maître-nageur

 La Fondation Mohammed VI pour la protection de l’environnement, en partenariat avec la Direction générale de la protection civile et l’Anapec, vient de mener une formation de 30 heures au bénéfice de 1.718 nageurs sauveteurs saisonniers sur les plages du Maroc. Il s’agit du 7e cycle de formation dont le but est d’apprendre à communiquer et à bien se comporter dans l’exercice de leur mission. Une manière de professionnaliser le métier. Ces maîtres-nageurs s’apprêtent à rejoindre leur poste de travail dans le cadre de la 18e saison de Plages Propres, menée par la Fondation.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc