Régions

Sebta: Des lueurs d’espoir pour la frontière

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5041 Le 08/06/2017 | Partager
Un circuit alternatif pourrait permettre de désengorger l’accès
Les commerçants de la ville dans l’expectative
sebta-041.jpg

La situation de la frontière pourrait se décanter si la circulation de véhicules est déviée (Ph. Adam)

Blocages, longues files d’attente, des véhicules à perte de vue, la situation au poste frontière de Bab Sebta n’a pas encore récupéré la normalité, trois mois après l’ouverture d’un nouveau passage dédié aux piétons. Commerçants, mais aussi employés d’établissements proches de la frontière et une grande partie de la population de cette ville habituée à traverser la frontière vers le Maroc se trouve prise au piège, au même titre que de l’autre côté, des milliers de porteurs et autres commerçants, touristes et visiteurs voulant accéder à Sebta.

L’un des principaux responsables du blocage sont les véhicules des «commerçants transfrontaliers» que les Espagnols ont baptisé «voitures-pateras». Leur nombre déjà important ayant encore grossi ces derniers mois, a provoqué le blocage quasi constant de la frontière et de ses accès. Une solution proposée par les autorités de la ville est en cours de discussion. Il s’agit de proposer un circuit alternatif et détourner le trafic de ces véhicules vers le quartier de Principe connu pour abriter une forte proportion d’habitants d’origine marocaine.

Dès l’annonce de cette proposition, ces derniers ont fait preuve de leur désapprobation et prévu de manifester dans les rues de la ville pour ce qu’ils considèrent un désagrément et une nuisance sonore supplémentaire, selon les médias de cette ville. En attendant d’autres solutions, la situation continue d’empirer avec plusieurs témoignages dans les médias de l’apparition de certains gangs armés opérant parmi les véhicules «pateras» et dévalisant les marchandises. Ce qui est sûr, c’est que de l’avis de plusieurs usagers de cette frontière, elle serait redevenue aussi impraticable qu’avant.

En plus des longues files de véhicules, s’ajoutent les fermetures fréquentes de la frontière en cas de problèmes. Dès l’annonce d’un incident, les autorités espagnoles procèdent à la fermeture de la frontière ralentissant d’autant plus la circulation jusqu’à l’arrêter définitivement. A ceci s’ajoute l’excès de zèle des forces de l’ordre espagnoles qui auraient commencé à interdire la sortie de marchandises de Sebta même pour les plus petites quantités. Si confirmée, cette situation signifierait un arrêt de mort pour bon nombre de commerçants espagnols de Sebta, les plus grandes victimes de ce blocage frontalier.

De notre correspondant,
Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc