Habillage_leco
Entreprises

Banques participatives: La bataille de l'image

Par Franck FAGNON | Edition N°:5041 Le 08/06/2017 | Partager
Bank Assafa, la filiale d'AWB, dévoile son identité visuelle
Une vingtaine d'agences opérationnelles d'ici deux semaines
L'offre du marché sera très restreinte au départ
banque-participative-assfa-041.jpg

La filiale banque participative d'Attijariwafa bank a dévoilé son identité visuelle ce mardi à Casablanca. Elle déploiera ses produits dans une vingtaine d'agences dans un premier temps (Ph. BA)

Les banques participatives n'ont concrètement aucun produit à proposer à la clientèle à ce jour, mais la compétition a déjà démarré sur le volet image. Pour développer cette industrie, pratiquement tous les opérateurs partent sur le même pied d'égalité. Certains acteurs, comme Umnia Bank, l'ont bien compris en étant très dynamiques en matière d'ouverture d'agences et surtout en matière de communication.

Bank Assafa, la filiale du groupe Attijariwafa bank, vient de dévoiler son identité visuelle. L'entité présidée par Youssef Baghdadi ouvrira une vingtaine d'agences d'ici deux semaines. L'expérience accumulée sur les sept dernières années pour l'ex Dar-Assafaa sera un atout non négligeable.

L'ouverture des premières agences n'est pas synonyme de démarrage de la commercialisation des produits participatifs. Le travail réglementaire est toujours en cours de finalisation. Avec le bouclage des chantiers sur la convention d'ouverture de compte et le fonds de garantie pour la compensation prévu dans les prochains jours, les banques qui ont officiellement obtenu l'agrément pourront déployer leurs premières offres.

Il s'agira d'une offre d'ouverture de compte avec les services qui y sont adossés. Dans un premier temps, les banques participatives vont donc collecter essentiellement de l'épargne. La distribution de crédit est conditionnée à l'aboutissement des chantiers sur les mécanismes de refinancement interbancaire ou encore la mise en place du Takaful.

Quoiqu'il est possible de financer les biens d'équipement par exemple sans attendre le Takaful, estime Baghdadi. Selon le dirigeant de Bank Assafa, l'assurance «conforme à la Charia» serait opérationnelle d'ici six mois. Au-delà de ces chantiers, il y a aussi le volet fiscal qui revêt une vraie importance pour le développement de la finance participative.

Plusieurs ajustements seront nécessaires pour ne pas handicaper les produits participatifs par rapport aux offres des banques classiques. Une dizaine de réclamations ont été adressées au ministère des Finances.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc