International

Les énergies renouvelables embauchent

Par Amine SAHRANE | Edition N°:5034 Le 30/05/2017 | Partager
Près de 10 millions de postes dans le monde, selon l’Irena
Le photovoltaïque, l’éolien et les biocarburants stimulent la croissance
Le Maroc continue sur sa lancée
energie_renouvelables_chine_034.jpg

Le secteur des énergies renouvelables a employé environ 9,8 millions de personnes dans le monde en 2016, en nette hausse par rapport à 2012. La Chine, le Brésil, les Etats-Unis, l’Inde, le Japon et l’Allemagne sont les pays qui comptent le plus grand nombre d’emplois dans le secteur

Le secteur des énergies renouvelables continue de créer des emplois. Près de 9,8 millions de personnes y travaillent actuellement, que ce soit de manière directe ou indirecte, a indiqué l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena) basée à Abou Dhabi dans son rapport intitulé «Energies renouvelables et emplois? Bilan annuel 2017».

L’étude montre un secteur dynamique pour l’emploi avec une tendance haussière. La progression est d’environ 1,1% par rapport à 2015. Ces marchés se sont beaucoup développés depuis 2012. Le nombre de personnes qui travaillent dans le photovoltaïque et dans l’éolien a presque doublé. Au total, l’Afrique ne représente que 62.000 postes, dont 30.000 en Afrique australe et 16.000 en Afrique du Nord. L’année dernière, avec 6.500 emplois directs et indirects, le Maroc avait été classé 2e employeur sur le continent derrière l’Afrique du Sud (selon l’Irena qui ne cite pas le Maroc dans sa nouvelle édition).

Le Royaume est le pays le plus avancé d’entre les pays du Maghreb en termes d’énergies renouvelables, du fait de sa forte dépendance vis-à-vis des importations d’énergie, selon la BAD (1). Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) prévoit la création de 23.000 nouveaux emplois dans le secteur des EnR d’ici 2020 (cf. www.leconomiste.com, édition N°:4873 du 11/10/2016).

Dans son bilan 2017, l’Irena fait savoir que le photovoltaïque est le secteur qui emploie le plus (3,1 millions d’emplois, en progression de 12% par rapport à 2015). Les marchés clés sont la Chine, les Etats-Unis, le Japon et l’Inde. La Chine absorbe la moitié de ces emplois.  Pour ce qui est de l’Inde, le nombre de postes a connu une amélioration de 17% par rapport à 2015 à 121.000.

Même tendance pour les Etats-Unis, chez lesquels le nombre de travailleurs a augmenté de 24% à 242.000 unités. L’attractivité dans ce secteur s’explique par la création de nouveaux métiers et projets. Elle peut être expliquée aussi par «le déclin des coûts, des politiques encourageantes sur plusieurs pays ainsi que par les nouvelles capacités de production». L’étude signale en revanche une baisse d’activité au Japon avec un recul de 20% de l’emploi dans le photovoltaïque, à cause d’un rythme plus lent dans les installations en 2016.

Pour sa part, le secteur éolien emploie environ 1,2 million de personnes de par le monde (en hausse de 7% par rapport à 2015). La Chine s’approprie presque la moitié de cet effectif. En Europe, c’est l’Allemagne qui garde le leadership avec un total de 142.900 postes, ce qui est égal aux emplois dans le Royaume-Uni, le Danemark, l’Italie, l’Espagne et la France réunis.

Aux Etats-Unis, le nombre de postes dans ce secteur s’est accru de 28% à 102.500 unités (avec une hausse de 15% pour les emplois en industrie par rapport à 2015). Le Brésil, qui est un autre marché clé de l’éolien, a toutefois vu ses emplois baisser de 21% à 32.400 postes.

D’après l’Irena, la fusion entre Siemens Wind et Gamesa, et celle de Nordex et Acciona peuvent conduire à une réduction des emplois par unité de production. Toutefois, l’agence reste optimiste quant au futur de ces marchés et pense que leur développement devrait continuer.

Une amélioration touche aussi le secteur des biocarburants liquides. A l’exception de l’Europe, les productions du bioéthanol et du biodiesel ont augmenté dans le monde. Le marché s’est développé de manière à créer 2% de plus d’emplois en 2016, jusqu’à 1,7 million de postes.

L’étude montre que les chaînes de valeur agricoles (la plantation et la récolte des différentes matières premières) offrent la majorité d’emploi. Toutefois, les marchés des énergies renouvelables ne connaissent pas que des tendances haussières. En effet, les marchés du chauffage solaire et du refroidissement ont enregistré une baisse de 12% dans les emplois en 2016. C’est le même cas pour l’hydroélectricité qui affiche une baisse de 7%, principalement à cause de la perte d’emploi en Chine, qui a connu un recul considérable dans les installations.

Moins d’emplois dans les énergies fossiles

L’Étude de l’Irena signale des pertes d’emplois dans le secteur des énergies fossiles en comparaison avec celui des renouvelables. Ce mouvement s’explique par la tendance à l’automatisation de la production, à la fermeture des centrales électriques et à l’excès de l’offre sur la demande.
Outre le ralentissement économique et la substitution du gaz naturel au pétrole dans certains pays. L’autre cause serait liée au développement des technologies minières. La fermeture en Chine de 5.600 mines a entraîné la perte de 1,6 million de postes. Ce qui représente 20% des emplois dans le secteur minier dans ce pays.

---------------------------------------------------------------------

(1) Le secteur des énergies renouvelables et l’emploi des jeunes en Algérie, Libye, Maroc et Tunisie

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc