Régions

Fès-UEMF: Une université à la fine pointe de la technologie

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5032 Le 26/05/2017 | Partager
Un projet royal de plus d’un milliard de DH d’investissement
Il est financé par la BEI, la BAD, l’UE…et des donateurs privés
Objectif: Former des élites et préserver l’identité académique de la ville
fes-uemf-032.jpg

La première tranche de l’éco-campus de l’UEMF s’étend sur 14.000 m2. Elle a été réceptionnée en septembre dernier. Le chantier bat son plein dans la 2e tranche (14.000m2 additionnels)… qui sera livrée d’ici peu (Ph. Y.S.A.)

Le projet est faramineux et les moyens mobilisés sont énormes. L’Université euro-méditerranéenne de Fès (UEMF) est désormais opérationnelle. Réceptionnée en septembre dernier, la première tranche de l’éco-campus, labellisé par la COP22, doté de la fine pointe de la technologie et du développement durable, s’étale sur 14.000 m2 de superficie et reçoit déjà des centaines d’étudiants, issus de plusieurs nationalités.

«Pour la rentrée 2017-2018, nous comptabilisons quelque 1.200 inscrits, en plus d’une centaine de professeurs-chercheurs», annonce Mostapha Bousmina, président de l’UEMF qui tient à préciser que «46% du corps administratif et professoral vient de France, Espagne, Portugal, Grèce, Belgique, Angleterre, USA, Allemagne, Algérie, Mali, Canada et Suède,…avec une proportion de 36% de femmes».

Construit sur la route de Meknès (RN n°6), ce projet (30 ha) de plus d’un milliard de DH ambitionne de «préserver l’identité culturelle et académique» de la capitale spirituelle du Royaume, depuis la création de l’Université Al Quaraouiyine il y a onze siècles et demi.

Sa réalisation est financée à travers un emprunt de 70 millions d’euros de la Banque européenne d’investissement (BEI), en plus des aides financières du gouvernement marocain, et de l’Union européenne, et des dons de la Banque africaine de développement (BAD), et autres donateurs marocains privés. Sur place, le chantier bat son plein. Une 2e tranche de plus de 14.000 m2 sera livrée d’ici peu.

Emanant d’une initiative royale, cette université trouve son référentiel dans la lettre adressée par SM le Roi Mohammed VI, en septembre 2008, à la coprésidence franco-égyptienne de l’Union pour la Méditerranée, exprimant la volonté du Maroc de créer une université euro-méditerranéenne à Fès. Cette initiative a été saluée et adoptée en novembre 2008, à Marseille, lors de la conférence ministérielle des pays membres de l’Union pour la Méditerranée (UpM) et le projet UEMF a reçu la labellisation euro-méditerranéenne de l’UpM en juin 2012.

Aujourd’hui, elle est reconnue par une trentaine d’institutions internationales dont la Sorbonne, l’INSA, l’ENSAD et l’Ecole des Ponts et Chaussées de France, le CNAM, ainsi que les Universités de Florence et Barcelone et bien d’autres institutions en Allemagne, Suède, et Espagne. «Nos inscrits disposent d’une double carte d’étudiant et reçoivent une double diplomation, celle de l’UEMF et celle de nos partenaires», souligne Bousmina. L’Université qu’il dirige a une offre de formation très complète (licences, masters et ingénieurs) dans des domaines assez divers dont notamment l’ingénierie, l’architecture, et les sciences humaines et sociales.

Pour la rentrée 2017-2018, l’UEMF ouvrira de nouvelles filières à savoir: Génie civil, langue, traduction et interprétariat.  Son INSA Euromed, jeune de 2 ans, continuera ses cursus afin de former quelque 400 ingénieurs, dans les filières de génie mécanique, génie électrique et communication. Il en est de même pour les filières du tourisme enseignées en partenariat avec la Sorbonne et l’architecture avec l’Université de Florence et l’Ensad.

Pour ce qui est du cycle master, les formations sur les énergies renouvelables et génie environnement sont menées respectivement avec l’appui de l’Ecole polytechnique de Paris et l’Ecole des Ponts et Chaussées. A noter que la Business school UEMF est montée en collaboration avec des institutions espagnoles, allemandes et françaises. 

Ces partenariats permettent à cette université de prendre part aux formations supérieures des cadres qualifiés dans les domaines scientifiques, technologiques, des sciences humaines et sociales, et à la recherche permanente de la connaissance, de la culture et du renforcement des valeurs de solidarité humaine et de tolérance, ainsi qu’à l’encouragement de la mobilité des étudiants, de l’échange des enseignants chercheurs et employés techniques entre les pays euro-méditerranéens. A noter que les projets de recherches sont financés en partenariat avec le conseil régional Fès-Meknès et les industriels.

Une nuisance visuelle à réparer

Le projet royal de l’UEMF souffre, toutefois, d’une nuisance visuelle. Il s’agit en effet d’un immeuble qui vient d’être construit, cachant totalement l’entrée de l’Université. Ce bâtiment, le 1er d’un lotissement autorisé par les élus de la province de Moulay Yacoub, ne respecte pas le recul (25 mètres) prévu par le plan d’aménagement. Pourtant, il s’agit d’une voie centrale et une pénétrante de la ville de Fès. «Face à ce problème qui bloque toute possibilité de développement de cet axe routier, nous avons saisi les autorités locales ainsi que les ministères de l’Intérieur et de l’Habitat», affirme le responsable de l’UEMF. Résultat: le chantier est arrêté, mais l’immeuble cache toujours l’accès à l’Université Royale.

Promotion de l’interculturalité

L’UEMF propose des cours dans six langues (arabe, anglais, français, espagnol, italien et portugais), avec l’objectif affirmé de développer les échanges entre le Nord et le Sud de la mer, et de devenir un centre d’excellence pour former les élites de toute la région. La promotion du dialogue se fait également grâce au site électronique consacrant l’échange interculturel et inter-religieux entre les jeunes du Sud et du Nord en continu», indique Bousmina. Il rappelle que l’UEMF est aussi une «Univer-city» qui octroie des bourses aux meilleurs étudiants issus de milieux défavorisés. Elle est également engagée en faveur des populations vulnérables, subsahariens et syriens».

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc