Economie

Energies renouvelables: Les Finlandais veulent investir au Maroc

Par Nadia DREF | Edition N°:5030 Le 24/05/2017 | Partager
Leurs points forts: Les réseaux intelligents, le transport et la distribution de l’énergie
Un forum a réuni une vingtaine d’opérateurs finlandais et des entreprises marocaines

La Finlande, un pays innovateur en matière d’écologie, qui vient de fêter son centenaire s’intéresse au secteur des énergies renouvelables et affiche de nouvelles ambitions pour le Maroc. «C’est la première fois que nous tissons des relations officielles avec le gouvernement, les institutions et le privé. C’est une réelle opportunité pour nous car le Maroc est un véritable précurseur en énergies renouvelables en Afrique.

D’ailleurs, les possibilités de coopération sont immenses», affirme Son Excellence Anne Vasara, ambassadeur de la république de Finlande, à l’ouverture de la première édition du forum maroco-finlandais sur les énergies, qui se tient les 23 et 24 mai à Casablanca.

Organisé par l’ambassade en partenariat avec l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (Iresen), cet événement a réuni une vingtaine d’opérateurs finlandais dont des groupes de renom et une quarantaine d’entreprises marocaines, en plus des représentants du ministère de l’Energie, de Masen, de la SIE, et d’autres institutions. A travers des ateliers, les opérateurs finlandais ont pu découvrir les rôles ainsi que les réalisations des institutions et entreprises marocaines du secteur. Ils ont pu également mettre en exergue leur savoir-faire cumulé, à travers des décennies.

Une expertise, qui n’est pas des moindres vu que l’indice mondial de l’innovation place la Finlande au deuxième rang des pays les plus innovants en matière de technologies propres et d’innovation écologique. Ce pays a été classé parmi les meilleurs pays au monde en matière de start-ups.  

Pour Badr Ikken, directeur général de l’Iresen: «ces deux journées permettent aux entreprises des deux pays de se connaître et d’initier des partenariats et des conventions afin de mieux répondre aux besoins et de développer, à moyen et long terme, des solutions adaptées aux conditions climatiques, sociales et économiques, tant au niveau national que continental».

Le Maroc pourra tirer profit du savoir-faire finlandais en matière de réseaux intelligents, de transport et de distribution de l’énergie. «Main dans la main, nous pourrons sûrement développer la ville intelligente marocaine et africaine de demain», assure Badr Ikken, qui a invité les entreprises finlandaises à participer aux appels à projets qui seront lancés, cette année, pour le financement de projets de recherche et développement ainsi que pour l’innovation.

Pour mettre sur les rails cette nouvelle coopération, le cluster finnois Merinova et l’Iresen ont signé deux accords. Il s’agit d’un accord-cadre de coopération entre les deux institutions qui accompagnent les deux écosystèmes de leurs pays respectifs, à travers le soutien à la R&D, à l’innovation et le transfert de savoir-faire. Le second accord est un mémorandum d’entente visant le lancement de projets pilotes dont le premier porte sur la mise en place d’une smart grid marocaine à Benguerir.

  «La recherche et développement constitue une composante majeure de notre stratégie énergétique nationale qui vise à positionner le Maroc comme plateforme technologique dans la région méditerranéenne et en Afrique», fait valoir Zohra Ettaik, directrice des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique. A travers l’Iresen, deux instruments ont été mis en place, à savoir le financement de projets de recherche appliquée dans les technologies d’énergies renouvelables ainsi que l’implémentation de plateformes de test, de recherche et de formation comme le «Green Energy Park».

Efficacité énergétique et valorisation de la biomasse

LE Maroc a accéléré la cadence des actions d’efficacité énergétique, à travers une vision stratégique ciblant les secteurs à grand potentiel en termes de consommation d’énergie finale. Il s’agit du transport avec une part de 38%, suivi par le bâtiment qui absorbe le tiers de la consommation et de l’industrie avec une part de 21%. Le but est d’économiser 20% de l’énergie finale. Zohra Ettaik a souligné qu’une stratégie nationale d’efficacité énergétique est en cours de finalisation dont la première phase sera mise en œuvre dans le cadre d’un contrat-programme entre l’Etat et l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique. Par ailleurs, une stratégie nationale de valorisation énergétique de la biomasse, tant attendue par les professionnels, sera bientôt élaborée. Le ministère de tutelle a lancé une étude afin d’analyser les flux de matières des différentes filières.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc