Habillage_leco
International

Donald Trump prononcera un discours sur l’islam à Riyad

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5027 Le 19/05/2017 | Partager
Il devra clarifier sa vision devant un parterre de dirigeants
Le Roi Salmane espère un «nouveau partenariat»
Le président se rendra ensuite en Israël, au Vatican, puis à Bruxelles
donald_trump_027.jpg

Le président américain Donald Trump aura l’occasion à Riyad de préciser sa politique à l’égard du monde musulman (Ph. AFP)

C’est un discours sur sa «vision pacifique» de l’islam que devra prononcer dimanche 21 mai Donald Trump en Arabie saoudite. Le président américain entend insister sur «l’engagement des Etats-Unis envers ses partenaires musulmans», a annoncé l’exécutif américain. Ce discours interviendra huit ans après celui prononcé par son prédécesseur démocrate Barack Obama au Caire, le 4 juin 2009.

En commençant en arabe par un «Salam aleikum» (que la paix soit sur vous) à l’adresse des 1,5 milliard de musulmans du monde, ce dernier avait appelé à mettre fin «au cycle de la méfiance et de la discorde». Le Roi Salmane a exprimé «l’espoir que ce sommet établira un nouveau partenariat face à l’extrémisme et au terrorisme et contribuera à répandre les valeurs de tolérance et coexistence tout en renforçant la sécurité».

Plusieurs chefs d’Etat dont le Roi Mohammed VI ont été invités au sommet arabo-islamo-américain qui doit se tenir lors de la visite de Trump en Arabie saoudite les 20 et 21 mai. «Le Maroc et l’Arabie saoudite mènent une coordination et une action permanentes sur tous les dossiers inhérents aux mondes arabe et islamique», avait affirmé Nasser Bourita, le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (cf. notre édition N° 5021 du 11/05/2017).

Le Maroc salue «toutes les initiatives qu’entreprend l’Arabie saoudite en faveur de la région arabo-islamique». Donald Trump a signé un décret (actuellement bloqué par la justice) visant à fermer temporairement les frontières aux ressortissants de six pays majoritairement musulmans (Iran, Libye, Syrie, Somalie, Soudan et Yémen). Accusé par ses détracteurs d’attiser l’islamophobie, il a défendu son initiative au nom de la lutte contre les terroristes. Lors de son voyage à Riyad, le président participera à l’inauguration d’un centre dont l’objectif est de combattre le «radicalisme».

Il devra rencontrer des dirigeants et aura des rencontres bilatérales. Le Roi Abdallah II de Jordanie ou encore le président du Sénégal Macky Sall et ceux d’Alger (Abdelaziz Bouteflika) et du Niger (Mahamadou Issoufou)… figurent parmi de nombreux chefs d’Etat invités par le Roi Salmane d’Arabie saoudite à participer à cette rencontre. Les leaders turc, pakistanais, irakien et tunisien ont été également conviés. Aucun responsable iranien ne figure jusqu’à présent parmi les invités.

Les Etats-Unis ont décidé de prolonger l’allègement des sanctions contre l’Iran dont l’élection présidentielle est prévue ce vendredi 19 mai. Après son étape en Arabie saoudite, Donald Trump se rendra en Israël, au Vatican, puis à Bruxelles (sommet de l’Otan) et en Sicile (G7).

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc