Régions

Tanger: Le port de pêche fin prêt

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5027 Le 19/05/2017 | Partager
Il devrait recevoir ses premiers bénéficiaires avant la fin de l’année
Administrations et autres équipements en cours d’installation
Des projets en avance sur leur temps
tanger-port-peche-027.jpg

Le nouveau port de pêche est finalisé. Les bénéficiaires devront y prendre place avant la fin de l’année. Il dispose d’installations plus modernes, mais surtout plus spacieuses que celles de l’ancien port (Ph. Adam)

Le chantier de réalisation du nouveau port de pêche de Tanger est bouclé et les nouvelles installations prêtes pour son exploitation. Les travaux pour la réalisation de la fabrique de glace devront démarrer incessamment, d’autres équipements devront être lancés incessamment, ayant déjà été attribués, selon la Société d’aménagement pour la reconversion de la zone portuaire de Tanger-ville (SAPT).

Les premiers bénéficiaires devraient y prendre place avant la fin de cette année. Les différentes administrations sont en train de préparer leur installation sur le terrain. Une commission présidée par la wilaya et dans laquelle siègent plusieurs intervenants comme le département des pêches et la chambre des pêches maritimes et la SAPT travaillent pour assurer un transfert fluide des différents pêcheurs et bateaux de pêche vers leurs futurs emplacements.

Le transfert concernera l’ensemble des bateaux de pêche dont ceux travaillant dans la pêche hauturière et surtout ceux de pêche artisanale. Dans ce cadre, aucun problème n’est à craindre. En effet, le nouveau port offre des installations largement supérieures à celle de l’actuel port tant en superficie qu’en qualité.

Le port de pêche actuel n’offre que 710 mètres linéaires de quais, 4,5 hectares de terre-pleins et 6 hectares de bassin. Sa capacité a été dépassée depuis longtemps par la demande et freine, selon plusieurs opérateurs, le développement du secteur.
Adossées au côté ouest du port actuel, les nouvelles installations mettront à la disposition des professionnels 1.167 mètres linéaires d’ouvrages de protection, 2.537 mètres linéaires de quais et d’appontements, 11 hectares de bassin et autant de terre-pleins.

En outre, le port dispose de 51.000 m² de surface bâtie hébergeant divers équipements (halle aux poissons, fabriques de glace, entrepôts frigorifiques, magasins pour les armateurs et mareyeurs, ateliers de réparation navale, bâtiments administratifs, etc.).

Cerise sur le gâteau, le nouveau port de Tanger est le premier à avoir été réfléchi comme tel ce qui explique que des solutions dédiées au monde de la pêche y ont été implémentées dès les premières phases de son développement, surtout son intégration dans l’environnement urbain, selon la SAPT. Pour le cas du port de Tanger, les études ont permis d’avoir des installations invisibles depuis le périmètre du port et qui ne provoquent pas de rupture avec l’environnement direct du port. Une notion de design et d’architecture entamée avec la marina et qui avait démarré par casser toute limite entre la ville et le port, dans le plus pur style des installations méditerranéennes. 

Parmi les objectifs des nouvelles installations figure aussi l’amélioration des conditions de travail des professionnels de la pêche en leur offrant, sur le même site, des installations modernes répondant à leurs besoins. Elles devront permettre aussi de relancer les investissements et créer de l’emploi dans le secteur de la pêche dans la région, sachant que ce secteur a souffert depuis toujours de la saturation de l’infrastructure portuaire actuelle.

Un dernier point est, selon la SAPT de continuer à faire bénéficier la ville et le site de l’attractivité touristique de l’activité pêche. En effet, l’activité de pêche est source d’intérêt de nombreux visiteurs, tant nationaux qu’internationaux et le nouveau port devrait permettre de l’exploiter dans des conditions adéquates.
De notre correspondant, Ali ABJIOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc