Habillage_leco
Competences & rh

La bande dessinée pour booster la com interne

Par Karim Agoumi | Edition N°:5024 Le 16/05/2017 | Partager
bande-dessinee-com-interne-024.jpg

Dans un contexte d’alourdissement du travail, il devient primordial de réduire la masse d’informations à laquelle nous sommes soumis et de la simplifier pour éviter l’épuisement professionnel et le burn-out. Les rudiments d’une nouvelle démarche faisant depuis quelques mois son entrée dans le monde de l’entreprise et portant le nom de «sketchnoting».

Une manière particulièrement créative de prendre des notes et d’assimiler des idées et qui emprunte à la bande dessinée son caractère démagogique et ludique.  Un moyen efficace d’améliorer la communication interne, mais qui requiert une bonne dose d’imagination et de concentration pour être réussi. Oubliez donc vos clichés sur la prise de notes traditionnelle et découvrez la facette artistique de cette pratique grâce à Hanane Ellioua, professeur chercheur en GRH et psychologie comportementale à l'Université Hassan 1er.

■ Des dessins et des mots
- Le sketchnoting permet au salarié d’organiser et de synthétiser des idées et des processus sous la forme de schémas, de dessins, de mots ou encore de formes géométriques. Cette technique originale de prise de note, directement inspirée des bandes dessinées, repose en grande partie sur la «simplexité», autrement dit sur la capacité à rendre simples des notions complexes. L’approche, alliant dessin et calligraphie, est notamment utilisée par les cadres et les salariés en communication interne pour préparer une intervention orale ou réaliser une synthèse de réunion. Mais pas seulement. Elle peut également être utilisée en entretien et en conférence.
- L’avis du spécialiste: Le «croquinoting» est un outil de pensée visuelle pouvant être particulièrement utile en communication interne. Le texte y est beaucoup utilisé. Les mots clés sont en fait valorisés par le salarié pour les distinguer des autres, donnant lieu à une hiérarchie dans les notions représentées. L’image revêt également un rôle essentiel. Il s’agit de traduire des expressions toutes faites en images reconnaissables. Une démarche dont les origines remontent aux fameux carnets de notes de Leonardo Da Vinci.

■ La concentration comme gage de réussite
- Le «sketch-noter» parvient  à sortir des carcans des notes textuelles en représentant, sur un carnet spécifiquement dédié à cet effet sans carreaux ni lignes de lecture, des typographies personnalisées ou encore des dessins illustrant des images mentales, mais également des logos et des symboles. Les différentes formes représentent des concepts et sont généralement reliées entre elles par des flèches. Les mots-clés et les dessins  en question n’ont pas de repères prédéfinis. Leur cheminement suit celui de la pensée du salarié, pour une approche plus instinctive et plus cartésienne de la réflexion. Pour réussir la démarche, le cadre doit impérativement être concentré et en situation d’écoute active. Il peut dessiner des personnages ou des objets qui lui sont familiers pour faciliter l’assimilation de l’information.
- L’avis du spécialiste: Un bon sketch-noter doit avant tout s’appliquer à préparer sa prise de notes en collant une bande d’environ 10 centimètres sur le gauche du texte imprimé. Un moyen d’annoter «créativement» un texte lu ou des informations oralement diffusées.  Le salarié crée ensuite une «sketchnote» finale, prête à être utilisée et diffusée aux collaborateurs en interne.

com_interne_024.jpg

■ Un outil créatif pour lutter contre l’épuisement professionnel
- Pratiquer le sketchnoting permet aux salariés de trier l’information et d’éviter ainsi une surcharge cognitive pouvant entraîner l’épuisement professionnel. La méthode constitue aussi un formidable gain de temps en anticipant les éventuels problèmes et les nombreux freins à travers une analyse de l’activité en amont. Mais la démarche améliore aussi grandement l’imagination et la créativité des cadres, les rendant donc plus productifs.
- L’avis du spécialiste: Le «croquinoting» représente une pratique plus intuitive et instinctive que la prise de notes traditionnelle, mêlant à la fois réflexion et ressenti. Son avantage principal réside dans la mémorisation et la compréhension plus rapide des points marquants d’une présentation ou d’un débat. En revenant sur ses notes typographiques ou imagées, le cadre pourra plus aisément «retracer» sa pensée sur les idées exprimées.

■ Une démarche prisée aux USA mais encore timide au Maroc
- Le sketchnoting est très développé aux Etats-Unis et en Allemagne. Bon nombre de formations sont dispensées par de grandes entreprises. Au Maroc, la démarche est beaucoup moins présente et demeure encore peu connue. Néanmoins, le visual mapping -méthode dont les fondements sont très proches, mais qui se base davantage sur le digital- est régulièrement employé par divers groupes.
- L’avis du spécialiste: Les «notes artistiques» sont très prisées par les entreprises américaines. Au Maroc, la technique est principalement utilisée dans les sociétés appartenant au secteur des nouvelles technologies au sein desquelles l’innovation est très présente. Un domaine qui exige de transmettre de nouvelles idées de manière concise et ciblée. La démarche existe également dans les directions marketing des grands groupes, qui développent régulièrement de nouveaux concepts de produits.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc