Habillage_leco
Analyse

Filière laitière: Des avancées et encore du chemin à faire

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5023 Le 15/05/2017 | Partager
Les besoins couverts à hauteur de 80%
300.000 producteurs laitiers concernés

2,5 milliards de litres. C’est le niveau de production laitière marocaine. Une production assurée par 3,2 millions de vaches laitières dont la majeure partie est issue de l’import ou du croisement avec le cheptel local. L’objectif du contrat-programme conclu entre l’Etat et l’interprofession cible un volume de 4 milliards de litres à l’horizon 2020, soit une hausse de 1,55 milliard de litres par rapport à 2015.

A cette échéance, la consommation du lait et produits dérivés devrait être portée à l’équivalent de 90 litres par an et par habitant. C’est pratiquement la norme recommandée par l’OMS et la FAO. Le chiffre d’affaires de la filière devrait passer à 23 milliards de DH contre 13 milliards en 2016.

Pour atteindre ces objectifs, l’encadrement et l’intégration des petits et moyens éleveurs dans une chaîne de valeur performante restent incontournables. Surtout que la filière compte environ 300.000 producteurs laitiers dont l’écrasante majorité (90%) possède moins de 10 vaches.

Et l’enjeu est d’importance capitale. Le secteur de l’élevage dans sa globalité pèse pour 30% dans la production agricole brute. Il reste aussi largement associé à plusieurs cultures dont il constitue une véritable soupape de sécurité. L’autre défi reste l’amélioration du taux d’industrialisation. Pour le moment, la part de la production industrialisée se situe aux environs de 60% du volume global.

Selon les professionnels, des avancées ont été réalisées sur les dernières décennies. Le taux de couverture des besoins qui se limitait à 60% lors des années 1980 a atteint 96% en 2015. Fini, en effet, le recours à l’import du lait frais pour faire face à la hausse de la demande lors du mois du ramadan.

Une diversification des produits laitiers s’est également opérée avec plusieurs préparations associant des jus de fruits au lait. Le secteur des fromages n’est pas en reste. Différentes gammes sont en effet présentes sur les rayonnages des grandes surfaces et autres supérettes.

Le Maroc peut exporter son savoir-faire

«Le Maroc est en mesure d’exporter son savoir-faire en matière de lait au profit des pays africains». Le témoignage émane de  la directrice recherche de l’Inra France, Sylvie Lortal. «La filière laitière, qui est une source de revenu stable pour les éleveurs, permet le développement social intégré eu égard à sa contribution significative à l’approche genre et la création de richesses et d’emplois surtout pour les femmes»,  souligne, de son côté, le responsable de production et santé animales de la FAO, Mohammed Bengoumi. Notant au passage que «la filière a connu un développement important dans les décennies passées mais reste confrontée à plusieurs difficultés, notamment la baisse de consommation, la faible productivité...».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc