Culture

Festival des musiques sacrées: Le dragon chinois ressuscité à Bab Al Makina

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:5022 Le 12/05/2017 | Partager
Coup d’envoi de la 23e édition ce vendredi à 21 heures
La princesse Lalla Salma et Dominique Ouattara… seront là
dragon_chinois_festival_des_musiques_sacrees.jpg

Après l’hommage à l’Inde initié en 2016, la 23e édition des musiques sacrées de Fès mettra à l’honneur la Chine qui présentera ses grandes expressions millénaires. Le dragon chinois sera ressuscité… à travers un spectacle riche en couleurs (Ph. YSA)

La place Bab Al Makina s’ouvre ce vendredi 12 mai pour accueillir la 23e édition du Festival des musiques sacrées du monde de Fès. La manifestation phare de la capitale académique et spirituelle du Maroc se poursuivra jusqu’au 20 mai sous le signe de «l’eau et le sacré».

Comme à l’accoutumée, SAR la princesse Lalla Salma est attendue pour l’ouverture du festival. Autre invitée de marque ce vendredi, la Première dame ivoirienne, Dominique Ouattara. A noter que le gotha international sera également de la partie, avec la présence d’une vingtaine de délégations de villes jumelées et partenaires de Fès, outre les festivaliers qui viennent «goûter» au charme de la cité millénaire, la médina et ses monuments, ainsi que les chants sacrés pimentés d’un forum de tolérance et de partage.

«Notre destination affiche une hausse des nuitées et du taux d’occupation à deux chiffres pour les cinq premiers mois de l’année en cours. Nous sommes à plus de 25% par rapport à 2016», se réjouit Driss Faceh, président du Conseil régional du tourisme et également membre de la Fondation Esprit de Fès, initiatrice du festival.

Son président, Abderrafih Zouitene, promet, quant à lui, un événement d’exception. En tant que directeur de l’Office national marocain du tourisme (ONMT), ce dernier sent une reprise du secteur, notamment à Fès, qui sera connectée, à partir du mois de juin, à plus de 14 nouvelles destinations. Ceci, grâce au contrat co-marketing acté entre l’Office et la compagnie Air Arabia.

Pour ce qui est du festival, sa nouvelle version explorera le symbolisme de l’eau au fil des spectacles. «Il s’agit d’une exhortation qui nous réconciliera avec l’environnement et nous mobilisera pour l’avenir de nos enfants et du monde», estime le président de l’Esprit de Fès. L’eau, symbole de purification dans le sacré universel et dans la poésie mystique, est en soi une invitation au respect de notre terre nourricière. «Et puis il faut nous remémorer l’histoire même de Fès, première capitale du Maroc», ajoute Zouitene.

Ainsi, le spectacle d’ouverture donnera le ton de cette 23e édition qui se veut engagée en faveur du respect de l’environnement, comme le prolongement naturel d’une démarche spirituelle, mais aussi dans le sillage de la COP22. Le spectacle débute par le prophète «Younous», rejeté par une baleine après avoir passé 3 jours dans son enceinte. Les tableaux d’Egypte, Inde, Chine, Amazonie et autres défileront par la suite.

chine_festival_des_musiques_sacrees.jpg

Ce vendredi 12 mai, une magnifique création marquera l’ouverture du 23e Festival des musiques sacrées. Elle consistera en un voyage poétique qui, partant des fontaines de Fès, ces chefs-d’œuvre d’où jaillit l’eau, et guidera vers la source au cœur des montagnes et fera cheminer jusqu’à l’océan, évoquant au passage de multiples légendes (Ph. YSA)

Il s’agit d’une création sur-mesure mobilisant des artistes venus des quatre coins du monde: Spirit on the Water, imaginée par le directeur artistique Alain Weber et mise en musique par le compositeur et chef d’orchestre Ramzi Aburedwan. Ce spectacle, dont le titre est emprunté à une chanson mythique de Bob Dylan, porte un regard sur l’eau comme source de vie. Sa mise en scène et sa narration musicale se veulent contemporaines et «organiques»!

On y retrouvera un grand orchestre et des emprunts à différentes traditions, mais leur alliance sera guidée par l’esprit de la nature. Onomatopées, bruissements et clapotis, hululements et chants de baleine nous feront osciller entre songe aquatique et vision apocalyptique. En somme, une nouvelle symphonie dédiée à la vie s’offrira au public. Lequel découvrira les danses du dragon chinois.

«Le mapping, animation visuelle projetée sur les murailles de Bab Al Makina, proposera un voyage dans le temps jusqu’à l’origine d’une humanité responsable de sa propre mise en péril », estime Weber. Et de poursuivre: «Cette édition mise sur une programmation articulant excellence artistique, humanisme et quête spirituelle».

La musique et les arts en général sont bien ce «supplément d’âme» indispensable au quotidien et au monde, mais ils peuvent aussi être une invitation ferme à l’engagement. Le bon sens écologique, la conscience de notre interdépendance, l’amour de la terre et de ses fruits seront largement encouragés par ce 23e festival. Entre les concerts intimistes de l’après-midi, les spectacles immanquables de Bab Al Makina ou encore les moments précieux au cœur de la médina Fès, les festivités se multiplient mais sans jamais se ressembler.

Premier week-end

La programmation culturelle du premier week-end du Festival des musiques sacrées est très dense. De l’Egypte à la Chine en passant par la France, les festivaliers vivront un tourbillon de sensations ce samedi 13 mai. Ainsi, Lingling Yu, virtuose chinoise qui maîtrise à fois le ehru (violon) et le pipa (luth) proposera un concert de résonances subtiles et limpides au Riad Bensouda à partir de 19h, avant de laisser place à l’Opéra Wu du Zhejiang qui présentera une pièce magistrale autour des légendes d’eau à Bab Al Makina. Un répertoire éblouissant et acrobatique sous le ciel étoilé de Fès. Le dimanche 14 mai, au Jardin Jnan Sbil à 16h30, ce sera au tour de Marlui Miranda de nous enchanter. Cette Brésilienne puise dans ses origines indigènes pour raconter un monde profond et harmonieux relié à la musique de la nature. La soirée sera riche en couleurs et en rythmes puisqu’à Bab Al Makina, Songhai fera le lien entre l’Andalousie gitane et la tradition mandingue du Mali. Ce projet culte réunissant les guitaristes Carmona et le joueur de harpe-kora malien Toumani Diabaté promet le meilleur.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc