Habillage_leco
Courrier des Lecteurs

Maisons de retraite: On y arrive…

Par L'Economiste | Edition N°:5021 Le 11/05/2017 | Partager
france_fn_cari_cl_021.jpg

■ Une solution qui soulage tout le monde
La maison de retraite française du Souissi, ouverte depuis des décennies, vient de se doter d’un centre thérapeutique ayant pour particularité d’être accessible aux personnes âgées marocaines. Une bonne nouvelle puisque cet établissement permettra de soulager nos aînés mais également leur famille, qui les prenait jusqu’à présent entièrement en charge aux côtés de femmes de ménage employées spécifiquement dans ce but. Mais ces «petites bonnes», même surpayées, ne sont pas qualifiées pour ce genre de travail et ne sauront pas toujours prendre les bonnes décisions.
Finalement, il serait préférable de placer nos grands-parents et nos parents dans ce type d’établissements équipés médicalement et au sein desquels ils s’épanouiront et développeront une vie sociale en échangeant avec d’autres personnes de leur âge.
C.J.

■ C’est la honte!
Je ne placerai jamais mes parents ou grands-parents en maison de retraite! Ce sont eux qui nous ont élevés et supportés lorsque nous étions encore petits. Il faut leur rendre la pareille et s’en occuper jusqu’à leur dernier souffle. Certains me diront qu’ils n’ont pas le temps pour cela, mais je suis persuadé qu’avec un tant soit peu d’organisation, l’on peut y parvenir.
Il s’agit de notre sang avant tout! Je me vois mal les contraindre à vivre dans des établissements aux allures d’hôpitaux... Est-ce là le sort que méritent des êtres aussi chers à nos yeux? Permettez-moi d’en douter!
S.M.

                                                                                  

■ Circulation à Casablanca: Enfin de l’oxygène!
Impressionnant! C’est le mot qui me vient à l’esprit pour qualifier la première boucle à sens unique mise en place au centre-ville de Casablanca par les gestionnaires de la ville. Cette boucle rapide, n’autorisant qu’un seul sens de circulation, vient d’être instaurée dans la métropole, comprenant notamment des couloirs réservés aux bus et aux taxis. Un moyen de fluidifier le trafic et de faciliter l’accès aux nombreux parkings! Néanmoins, cette action ne doit être que le début d’une gigantesque opération visant à rendre les boulevards plus «circulables». Il faudrait créer plusieurs autres boucles de ce type mais également ouvrir des dizaines de parkings souterrains! Le prix à payer pour réduire les bouchons si fréquents dans la ville blanche!
P.O.

■ Enseignement public: Où sont les enfants du préscolaire?
J’ai récemment appris que le taux d’enfants du préscolaire dans les établissements publics ne dépasse pas les 8%. Un chiffre qui vient d’être révélé par Mohamed Hassad, ministre de l’Education nationale. C’est réellement inquiétant! Il n’y a pas assez d’enfants scolarisés dans le système public, qui perd progressivement toutes ses lettres de noblesse et n’est même plus du tout à la hauteur. Pourtant, l’éducation est le socle de base de tout pays cherchant à se développer. Il faut donc rapidement changer la donne en formant les enseignants du secteur et en recrutant de nouveaux professeurs. Le système privé doit également mettre la main à la pâte et vite via des partenariats plus nombreux et plus solides!
J.K.
■ Feux de forêt: Prévenir au lieu de guérir!
Cette année, les feux de forêt seront particulièrement nombreux! Depuis janvier, plus de 32 incendies ont déjà été déclarés, ravageant plus de 26 hectares! Les feux en question sont généralement provoqués par mégarde par des campeurs, des automobilistes jetant leurs mégots sur le bord des routes ou encore par des charbonniers. Un comportement inadmissible et inconscient! Il faudrait donc sensibiliser ces acteurs aux terribles retombées de ces incendies telles que l’accroissement de la pollution, l’érosion ou encore l’épuisement des réserves de ressources naturelles dont notamment le bois. En parallèle, il serait judicieux de former davantage la brigade anti-feux de forêt mais également d’en multiplier les effectifs!
B.T.

■ Le tourisme rural: Depuis le temps qu’on en parle…
Notre tourisme rural est bien maigre voire inexistant. Les touristes visitent surtout les grandes villes et les petites agglomérations dont Marrakech, Tanger, Ifrane ou encore Chefchaouen mais sont peu présents dans les campagnes. Il faudrait promouvoir ce tourisme. L’exemple à suivre est celui de TangerMed, qui a récemment mis en place un chemin pédestre en pleine nature s’étendant le long du barrage de Oued Rmel. En France, ces chemins sont nombreux et sont particulièrement prisés par les visiteurs aussi bien locaux qu’étrangers. Mais il existe beaucoup d’autres moyens originaux pour attirer les touristes vers ces régions, comme les excursions en quad ou en cheval, les traversées en barque, les fermes pédagogiques, les réserves naturelles d’espèces animales et végétales ou encore un vol en montgolfière. Une niche pour le moins prometteuse pour l’économie du pays qui ne demande qu’à être davantage exploitée!
D.H.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc