Habillage_leco
Politique

El Othmani parle… mais évite de s’engager

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5014 Le | Partager
Il annonce des investissements avec peu d’emplois
67 milliards de DH pour créer 6.000 postes, trop cher!?
Décompensation, «logique de progressivité»

Première sortie ratée de Saâdeddine El Othmani. Le chef du gouvernement, qui était l’invité d’une émission spéciale sur la chaîne Medi1TV, samedi dernier, s’est montré peu convaincant. Au moment où les citoyens et les opérateurs économiques s’attendaient à de grandes annonces, El Othmani s’est contenté de promesses vagues, comme «la modernisation de la création de la richesse à travers l’accompagnement des entreprises et la consolidation de la construction structurelle de l’économie marocaine, pour renforcer la part de l’industrie».

Celle-ci devrait passer de 14 à 24% du PIB à l’horizon 2020, selon le chef du gouvernement. Il a évité de s’engager sur les grands dossiers en suspens, reconnaissant la nécessité de se mobiliser pour faire face aux grandes attentes. Les opérateurs qui s’attendent au lancement de  mesures urgentes durant les 100 premiers jours du gouvernement devront attendre. El Othmani ne semble pas pressé. La feuille de route pour les 3 premiers mois ne sera prête que le 4 mai. Parmi les actions qu’il compte mener durant cette période, «la tenue d’une réunion de la commission nationale des investissements, afin de lancer des investissements dont la valeur dépasse 67 milliards de DH», a-t-il indiqué.

Il s’agit de l’approbation de 25 nouveaux projets, permettant, selon lui, la création de 6.000 nouveaux emplois lors des 3 prochaines années. Des emplois qui se montent à plus de 11 millions de DH le poste. Sur les dernières années, le Maroc avait perdu 85.000 emplois en agriculture et 126.000 au total. El Othmani a aussi promis de réunir la commission nationale de réforme des retraites.

L’idée est «d’ouvrir un débat sur les modalités de passage à une réforme globale du système, avec deux pôles, public et privé». Il a, toutefois, évité de s’engager sur un calendrier précis pour la finalisation de ce dossier. Le chef du gouvernement n’a pas donné plus de visibilité concernant la poursuite de la réforme de la compensation. Il s’est contenté d’annoncer que ce dossier sera géré selon la logique de la progressivité. Il n’a pas non plus expliqué les modalités de ciblage des populations concernées. El Othmani a laissé entendre que le gouvernement pourrait mettre en place une carte sociale donnant accès à différents programmes comme Tayssir, Ramed…

Face aux interpellations sur différents dossiers, le chef du gouvernement a botté en touche. Face aux critiques des opérateurs des impacts négatifs de la gestion de l’équipe sortante, El Othmani a estimé qu’il n’a «constaté aucune défaillance dans les politiques publiques lancées par son prédécesseur». Il a, toutefois, reconnu que «les efforts menés dans certains secteurs, comme celui de la Santé, étaient insuffisants». Pour l’enseignement, «le gouvernement devra donner corps à la vision élaborée par le Conseil supérieur, via des plans d’action».

Un ministère sur mesure pour Ramid

Le nouveau ministère d’Etat aux Droits de l’Homme a été taillé sur mesure pour Mustapha Ramid. Celui-ci ne voulait pas rempiler pour un 2e mandat, affirme Saâdeddine El Othmani. Il aurait été forcé de rejoindre cette équipe, «pour jouer le même rôle que feu Baha». Ramid a cependant refusé le statut de ministre d’Etat sans portefeuille. D’où le choix de lui confier le département des Droits de l’Homme, «pour qu’il ait plus de temps pour accomplir ses autres missions auprès du chef du gouvernement», selon El Othmani. C’est dire toute l’importance qu’accorde l’exécutif à ce dossier. Ramid  a hérité de la délégation interministérielle des droits de l’homme, dirigée jusque-là par Mahjoub El Haiba. Celui-ci sera maintenu à son poste, pour l’instant. «Tout dépendra de la conception qui sera définie pour l’organisation interne de ce ministère». Personne n’a posé la question sur le paradoxe qu’il y a entre polygame et ministre des droits de l’Homme.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc