Habillage_leco
Politique

Sahara marocain: Rabat confortée dans sa position

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5014 Le | Partager
La résolution du Conseil de sécurité met à nu la faiblesse des positions des adversaires du Maroc
Le Polisario se retire de Guergarate
La responsabilité de l’Algérie engagée
antonio_guterres_onu_014.jpg

Antonio Guterres, nouveau secrétaire général de l’ONU, a réussi à reprendre en main le dossier du Sahara, après les dérapages de son prédécesseur Ban Ki Moon. Il a annoncé sa volonté de relancer les négociations sur des bases réalistes, prenant en compte la proposition d’autonomie, jugée sérieuse et crédible (Ph. AFP)

La résolution du Conseil de sécurité relative au dossier du Sahara, adoptée vendredi dernier, consacre la nouvelle approche de gestion de ce dossier depuis l’arrivée du nouveau SG de l’ONU. Le Maroc semble récolter les fruits des efforts menés durant les dernières années.

Depuis le lancement de la proposition d’autonomie, Rabat a fait preuve de dynamisme, face à la léthargie qui caractérise le camp adverse. Le Polisario et son soutien algérien sont sur la défensive. Ils se sont retrouvés sans arguments face au ton ferme de la résolution du Conseil de sécurité. La première mouture comportait une exhortation à la direction du Polisario de procéder à un retrait immédiat, global et sans conditions de la zone tampon. Le report de l’adoption de cette résolution avait permis aux séparatistes de retirer leurs troupes de Guergarate, sauvant ainsi la face.

Côté marocain, l’orientation du Conseil de sécurité a été accueillie avec «satisfaction». Surtout que la résolution a été conforme aux recommandations contenues dans le rapport d’Antonio Guterres. Celui-ci a réussi à reprendre ce dossier en main après les dérapages de son prédécesseur. Dans son rapport, il avait annoncé sa volonté de relancer les négociations sur la base d’une logique pragmatique. La proposition d’autonomie mise sur la table par le Maroc a été de nouveau saluée par les membres du Conseil de sécurité, en tant que solution «sérieuse et crédible».

Cette résolution qui a prorogé d’une année le mandat de la Minurso, a mis en avant la dimension régionale de ce différend. Les pays voisins, en tête la Mauritanie et l’Algérie, «peuvent et doivent prêter un important concours à ce processus», peut-on lire dans ce document. La responsabilité d’Alger, qui accueille sur son territoire les camps de Tindouf, est directement engagée, pour favoriser la réalisation d’un recensement des populations.

Une requête réitérée pour la 6e fois par le Conseil de sécurité. Il s’agit aussi d’une requête formulée à plusieurs reprises par le Maroc. Surtout qu’un trafic des aides humanitaires est pointé par plusieurs rapports d’ONG internationales, au moment où le secrétaire général de l’ONU avait signalé un recul de ces aides destinées aux populations dans les camps.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc