Habillage_leco
Culture

Une journée hommage à Léopold Sedar Senghor

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5013 Le 28/04/2017 | Partager
L’Académie du Royaume s’est arrêtée sur les différentes facettes de son oeuvre
Le père de la négritude était poète, écrivain, académicien et homme politique
En marge, une exposition proposée par la Fondation Senghor (Dakar-Sénégal)
racine_senghor_013.jpg

Racine Senghor, proche de l’ex-président du Sénégal, était parmi les intervenants en abordant la pensée de Senghor sur l’enracinement et l’ouverture, une thématique qui reste toujours d’actualité (Ph. NEA)

Bel hommage que celui rendu par l’Académie du Royaume du Maroc (ARM) à une grande personnalité africaine qui a honoré son continent. Il s’agit de Léopold Sedar Senghor, premier président du Sénégal indépendant à la mémoire de qui, une journée entière a été dédiée rappelant tant son parcours politique que son œuvre poétique, philosophique et culturelle à travers les récits d’éminents chercheurs nationaux et internationaux.

«C’est un devoir pour notre académie de rendre hommage à l’un de ses premiers membres qui a fortement contribué à enrichir la culture et la pensée non seulement au niveau de l’Afrique mais sur le plan mondial», indique Abdeljalil Lahjomri, secrétaire perpétuel de l’ARM.

Ce dernier tient à rappeler que le premier discours d’ouverture de l’ARM a été lu par Senghor. Appréhender la contribution et le parcours de Senghor n’est pas une tâche aisée, car en plus d’homme politique, il  était aussi poète, écrivain, académicien en tant que premier africain membre de l’académie française.

Pour Lahjomri, «il s’agit surtout de restituer un message, le message senghorien à un moment où les études sur ce grand d’Afrique connaissent un renouveau légitime». D’autres intervenants sont revenus sur son parcours politique et sa contribution pour la libération des pays de l’Afrique. Il était l’un des fils de l’Afrique qui a contribué à partir de Paris, après la 2e guerre mondiale, à l’émancipation de notre continent, rappelle pour sa part Driss El Yazami, président du CNDH. 

Et d’ajouter, dans son itinéraire, à partir de cette époque, il va rencontrer les premières figures nationalistes maghrébines et les révolutionnaires indo-chinois. C’était un homme d’Etat qui a toujours lié le politique et le culturel en tant que poète et penseur en organisant les premiers festivals d’art africain à Dakar notamment, est-il souligné. Parmi les intervenants, il y avait un proche de l’ex-président du Sénégal.

Il s’agit de Racine Senghor, professeur de lettres à l’université Gaston Berger, Saint-Louis au Sénégal. Ce dernier tient à rappeler que cette reconnaissance dont se distingue Senghor revient à sa production réelle et sa poésie qui est très belle. De même pour sa pensée philosophique: la négritude, une sorte d’idéologie et une manière de voir le monde.

Signalons par ailleurs qu’en marge des travaux de cette rencontre, une exposition a eu lieu traçant le parcours de Senghor sous différentes facettes: étudiant, homme politique, académicien…

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc