Habillage_leco
Enquête

Foot: Un business plan pour le décollage

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5008 Le 21/04/2017 | Partager
1,5 milliard de DH pour la mise à niveau des infrastructures
62 stades de petites et moyennes villes équipés en pelouses synthétiques
Le Centre national Maâmoura sur le modèle Claire Fontaine
foot_business_008.jpg

Le Centre national de football Maâmoura, qui était en état de délabrement avancé, est en cours de rénovation pour une enveloppe de 420 millions de DH. Il sera opérationnel d’ici la fin de cette année (Ph. Bziouat)

«Les stades de 62 petites et moyennes villes sont déjà équipés en pelouses synthétiques, 42 sont en cours. L’objectif est d’en finir une fois pour toutes avec la pratique du football sur terre battue». La phrase, dans la bouche de Fouzi Lakjaâ, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), tranche avec les intentions et les promesses en cours dans ce milieu.

Et pour cause, la première tranche a coûté 536 millions de DH, la deuxième 360 millions de DH. Cette opération s’inscrit dans le cadre du programme de mise à niveau des infrastructures du football, démarré il y a près de deux ans. Pour mettre en œuvre sa stratégie, le président a mobilisé 1,5 milliard de DH.

Le montage financier conçu est original. Au lieu que le ministère de l’Intérieur éparpille les aides en les distribuant aux collectivités territoriales, Lakjaâ a proposé de mettre ces fonds dans un même compte. Idem pour les autres départements qui interviennent dans ce dossier. Ainsi, l’Intérieur a misé 600 millions de DH et la Jeunesse et Sport autant. Le ministère des Finances contribue avec 200 millions de DH et la Fédération 100 millions de DH. Pour plus de transparence, la gouvernance de ce programme a été confiée au ministère de l’Equipement, via sa Direction des établissements publics (DEP) qui assure la maîtrise d’ouvrage déléguée.

La Fédération se contentera de fixer les choix footballistiques et les endroits où les besoins en infrastructures se font sentir. «Ce schéma de financement a permis d’aller vite. Nous avons aidé à construire des centres de formation des clubs, des centres régionaux… C’est devenu le modèle à suivre pour l’ensemble des fédérations nationales», a indiqué Fouzi Lakjaâ. Il a été l’ossature de la campagne du président pour décrocher un siège au sein du comité exécutif de la CAF. «Suite aux instructions royales, la Fédération va  mettre en place ce modèle dans les pays africains qui ont signé des conventions avec nous», a précisé le président.

Le programme de mise à niveau prévoit également l’équipement de 12 stades en gazon naturel dont 4 sont déjà achevés. Il s’agit de Khouribga, Safi, Laâyoune et Kénitra. Cette première tranche a coûté 65 millions de DH. La deuxième, 8 terrains pour 100 millions de DH, est en cours. Ce travail est couplé avec l’équipement en éclairage des aires de jeu des stades de football. 15 terrains sont achevés et 5 en cours pour une enveloppe de 85 millions de DH. Ce matériel facilitera le travail des équipes de télévision.

De même, le Centre national de football Maâmoura, qui était en état de délabrement avancé, est en cours de rénovation pour une enveloppe de 420 millions de DH. Il sera opérationnel d’ici la fin de cette année. Situé sur une superficie de 29,3 hectares, le projet comprendra la construction d’un hôtel (66 chambres et 4 suites) pour l’équipe nationale A, 2 salles de restauration, un centre médico-sportif, un terrain de football couvert et l’hébergement pour les U17 et U23. Le but est de hisser cette infrastructure aux standards de Claire Fontaine, lieu où se rend l’équipe de France pour les stages de concentration, rappelle Hassan Kharbouch, directeur du Centre national de football.

Le programme prévoit également la construction de 5 centres fédéraux de formation. Il s’agit d’académies régionales de football, qui seront implantées à Saïdia, Ifrane, Ksar Lekbir, Settat et Agadir. Le premier centre, qui sortira de terre, est celui de Saïdia, réservé aux équipes de l’Oriental. D’un coût de 83 millions de DH, il sera réalisé sur une superficie de 57.200 mètres carrés. Les études architecturales et techniques terminées, les appels d’offres pour démarrer les travaux seront lancés dans les prochains jours.

Toutes ces infrastructures visent à réunir un minimum de conditions pour la pratique de ce sport populaire.  D’ailleurs, le président considère que «la formation est un élément clé dans la préparation et l’éclosion des élites locales et régionales». Selon lui, la formation des formateurs est un processus qui a déjà commencé depuis quelques années. Les bénéficiaires du diplôme A sont qualifiés pour entraîner les équipes de 1re division, B pour la deuxième division et C pour les classes amateur.

Par contre, la nouveauté est ailleurs: le Maroc est le premier pays choisi en Afrique pour préparer, en coopération avec la CAF, un diplôme professionnel. Il s’agit d’un nouveau grade au-dessus du A. «Nous allons mener cette expérience pilote afin de la généraliser dans les autres pays africains», dit-il.

En outre, les besoins de formateurs pour encadrer les jeunes dans les clubs et les centres régionaux se font de plus en plus sentir. Ils doivent encadrer plusieurs classes comme les benjamins, les minimes, les cadets et les juniors.

Trois nouvelles formations lancées

Un club ne peut pas être résumé à des formateurs techniques et des préparateurs physiques des jeunes joueurs, martèle le président de la FRMF. Le management des clubs, dont la première formation a été lancée début avril, est essentiel. La deuxième formation démarrée par la même occasion porte sur le stadium manager. «Aujourd’hui, un stade a une vie, avec l’organisation des entraînements, l’entretien et une programmation d’activités para-sportives», explique-t-il. La troisième formation concerne la gestion administrative et financière des clubs. Dans un futur proche, d’autres formations liées notamment à la gestion médicale, celle des stocks, seront mises en route. Autant d’ingrédient mis en place pour garantir une gestion professionnelle d’un club. D’autres métiers dérivés comme les entraîneurs des gardiens de but sont dans le pipe. Tout cela constituera le socle d’une véritable formation professionnelle pour le football.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc