Habillage_leco
Courrier des Lecteurs

Handicap en entreprise et à l’école

Par L'Economiste | Edition N°:5007 Le 20/04/2017 | Partager
handicap_entreprises_007.jpg

■ Changeons les regards!
Le handicap en situation professionnelle n’est pas encore réellement entré dans les mentalités des marocains, et c’est bien dommage! Souvent, ceux qui acceptent de faire travailler une personne en situation de handicap au sein de leurs entreprises ne réalisent que des actions solidaires… Il faut absolument que cela change, et vite! En plus des actions déjà instaurées par les associations dans ce sens, il faudrait que l’Etat développe des formations certifiées et adaptées aux particularités de ces personnes. Mais pas seulement. Multiplier les communications institutionnelles dans ce sens me paraît également essentiel pour changer les regards à leur égard. Enfin, le flou juridique quant à la protection et aux droits des handicapés doit clairement être comblé.
J.C.
■ Les enfants handicapés dépouillés de leurs droits!
Je suis sidéré d’apprendre que le ministère de l’Education nationale a récemment privé de leurs droits les enfants atteints de handicap mental. Des acquis essentiels à leur réussite scolaire comme la présence d’un accompagnateur pour les guider ou encore la possibilité de passer des examens adaptés en termes de contenu leur ont été retirés! Cette décision pour le moins discriminatoire  pourrait les pousser à abandonner leur cursus scolaire puis à quitter l’école! Une véritable régression et un réel retour en arrière pour le Royaume... En effet, la prise en compte des handicaps de chaque citoyen fait partie des clés essentielles au développement d’un pays. Il faut à tout prix  revoir cette décision sans fondements et redonner à ces jeunes les chances qu’ils méritent!
K.C.

                                                                                     

Mawazine: C’est bien mais peut mieux faire

mawazine_007.jpg

Ph. Bziouat

■ Nos artistes ont aussi du talent!
Le festival Mawazine accueillera cette année de grandes pointures internationales du monde de la musique comme le mythique Charles Aznavour ou encore la star du reggae Alpha Blondy. Mais je constate que la scène locale n’a pas non plus été oubliée. Ainsi, de nombreux artistes marocains seront cette année sous les feux des projecteurs parmi lesquels Latifa Raafat, Zina Daoudia, Hatim Ammor ou encore Asmae Lamnawar. Une participation essentielle pour valoriser nos talents nationaux et permettre aux Marocains de les découvrir ou de les redécouvrir. Cependant, ce n’est pas suffisant! Il faudrait que les stars du pays se produisent plus souvent en concert à travers tout le Royaume et dans les festivals, ainsi que sur la scène internationale. Nos chanteurs et musiciens ont du talent à revendre. Il faut leur offrir des tremplins pour leur permettre de développer leur notoriété et de tirer vers le haut la chanson marocaine.
B.S.

■ Où est passée la vraie musique?
Je ne reproche pas au festival Mawazine son mode de financement ni encore moins son ampleur. Cependant, je mets sérieusement en doute son programme. En effet, cet évènement culturel  accueille chaque année des artistes le plus souvent surpayés et d’un très bas niveau. Leur musique est en plus de cela beaucoup trop commerciale! Où est passée la vrai musique? J’ai en effet l’impression que derrière toutes ces paillettes, ça sonne creux! A bon entendeur… !
C.A.

                                                                                     

■ Fès: Restaurer la médina pour préserver l’héritage architectural
Bon nombre de bâtiments historiques de la médina de Fès ont été réhabilités. Le dernier en date n’est autre que la kissariat Al Kifah, le plus ancien «mall» de la région dont l’histoire est sensiblement reliée à celle de l’indépendance du Royaume. Des restaurations qui méritent d’être réalisées. Elles permettent de préserver le patrimoine historique et l’héritage architectural de la ville. Il faudrait néanmoins ne pas se limiter à la seule ville de Fès et généraliser ce genre d’initiatives à l’échelle du pays. Ceci est important pour sauvegarder notre histoire et notre culture!
H.O.

■ Electriciens, plombiers…A quand des formations?
Les électriciens, les plombiers et les mécaniciens laissent clairement à désirer au Maroc. Ces corps de métier font en effet preuve de beaucoup trop d’amateurisme et réalisent une quantité innombrable d’erreurs!
Le secteur doit à tout prix être entièrement restructuré. Concrètement, il faudrait le professionnaliser davantage à travers des formations reconnues et certifiées!
J.O.    

■ Saad Lamjarred: Un comportement déplacé!
Mais quelle mouche a piqué Saad Lamjarred? A peine libéré, il se pavane dans les rues alors qu’il n’est même pas blanchi et qu’il a le fameux bracelet au poignet! Un comportement déplacé! Après toutes les affaires dans lesquelles il a été inculpé, il devrait plutôt se montrer discret.
F.J.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc