Economie

L'école n'apprend pas le civisme...!

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5007 Le | Partager
Un rapport choc sur l'éducation aux valeurs publié par le Conseil supérieur
Grand écart entre le discours relatif aux valeurs et la pratique au quotidien
Formation des formateurs, charte éducative nationale et contractuelle pour bientôt
ecole_civisme_007.jpg

On aurait tort d'assimilier les scènes de violence fréquentes dans les stades marocains à des actes de hooliganisme. C'est une des nombreuses manifestations de l'incivisme, bien ancré chez une grande majorité de la population (les visages ont été modifiés)
(Ph. L'Economiste)

En plus de toutes ses carences, l'éducation nationale peine aussi à inculquer les valeurs liées au civisme. C'est une des questions explosives traitées dans le dernier rapport sur «l’éducation aux valeurs dans le système éducatif» préparé par le Conseil supérieur de l’éducation, de la formation et de la recherche scientifique (CSEFRS).

«Un premier travail dans le genre», tient tout de même à souligner le président du conseil, Omar Azziman lors de la présentation des grands axes hier à Rabat au cours d'une rencontre à laquelle siégeait aussi Abdeljalil Lahjomri, président de la commission permanente des curricula, programmes, formations et outils didactiques. Il s'agit ainsi de la première fois que des recherches sont menées dans le cadre d’une approche participative avec l’ensemble des acteurs concernés.

Ce rapport examine de manière approfondie les questions soulevées par la vision stratégique de la réforme 2015-2030, dont l’éducation aux valeurs fait partie. Et cette fois-ci il ne s'agit pas seulement de présenter des recommandations, mais de suivre leur application réelle.

Le rapport préconise de renforcer le rôle des établissements d’éducation, de formation et de recherche scientifique dans l’ancrage du civisme et des valeurs chez les jeunes générations. Et sur le terrain, des actions définies seront concrétisées à travers des programmes de formation pour les acteurs pédagogiques. Ce sont eux qui permettront aux nouvelles générations d'être intégrées dans la société, avec des valeurs de citoyenneté et de démocratie, le sens de la justice, de la tolérance, des droits et des devoirs, ainsi que cela est décliné dans la Constitution de 2011.

Pour la préparation de ce rapport, la commission permanente présidée par Lahjomri a recueilli l’avis des experts dans ce domaine, et elle s’est inspirée des résultats et des recommandations de plusieurs études et rapports nationaux et internationaux.
La première partie de ce rapport a été consacrée à un état des lieux de l’éducation aux valeurs dans notre système éducatif.

Ce diagnostic a permis de relever un certain nombre de dysfonctionnements et difficultés. A ce titre, on constate un écart entre les objectifs du curriculum scolaire et la réalité des pratiques pédagogiques. On soulève également «des contenus et documents de référence insuffisamment actualisés pour accompagner les évolutions législatives, institutionnelles et cognitives en cours dans le pays ou au niveau international». Toujours dans le même registre, le rapport  s’est arrêté sur certains paradoxes.

Parmi ces derniers, il y a «l’écart croissant entre le discours relatif aux valeurs, aux droits et aux devoirs, d’une part, et les pratiques au quotidien, d’autre part». On évoque également l’investissement des acteurs éducatifs de rôles importants en matière d’éducation aux valeurs, alors que leur formation dans ce domaine reste insuffisante. Certes, on enregistre le lancement de grands programmes institutionnels, mais rarement suivis par des opérations d’évaluation périodique.

Pour le volet recommandations, on suggère tout d’abord d’intégrer les propositions de ce rapport dans les curricula et programmes lors de la prochaine opération de révision dont ils feront l’objet. Au menu également l’élaboration d’une charte éducative nationale et contractuelle sur l’éducation aux valeurs. Celle-ci devrait «comprendre une matrice de valeurs communes, les objectifs et les finalités de l’éducation aux valeurs ainsi que les engagements de l’école et de ses partenaires en la matière». Sans oublier l’élaboration d’un cadre référentiel général du système de valeurs ciblées.

Les vrais problèmes

La présentation du rapport a été suivie par un débat de la part des membres du conseil dont certains ont mis le doigt sur des contraintes réelles. Il s’agit par exemple du déficit inquiétant d’enseignants qui a marqué le début de la rentrée scolaire de cette année. Qui va transmettre ces valeurs, alors que plusieurs de nos enfants se trouvent sans enseignants depuis plusieurs semaines, lâche un président d’une association des parents d’élèves. La violence, les conflits, le vandalisme, les psychotropes, le vol, les agressions, les insultes et les menaces figurent parmi les problèmes sociaux signalés par le rapport PNEA 2016 publié par le CSEFRS.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc