Dossier Spécial

Forte percée des fruits rouges

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5005 Le 18/04/2017 | Partager
fruits_005.jpg

Les fruits rouges forcent l’investissement. Les objectifs du contrat-programme signé en 2009 seront quasiment atteints avant terme. La convention conclue entre l’Etat et les associations professionnelles ciblait une superficie de 8.900 ha pour une production de 360.000 tonnes à l’horizon 2020. Or, la dernière campagne agricole a déjà enregistré une production proche de l’objectif.

Fait marquant, la culture des fruits rouges, autrefois très concentrée dans la zone du Loukkos, a gagné les autres régions. Tout particulièrement dans la région du Souss où des superficies dédiées aux tomates ont été reconverties cette campagne en fruits rouges. Certes, la tendance n’est pas récente, mais elle a pris de l’ampleur face aux opportunités offertes à l’export. La demande connaît une progression à deux chiffres dans certains pays consommateurs comme la France, l’Allemagne ou encore la Grande Bretagne.    

Actuellement toute une gamme de fruits a été développée. En plus des variétés de fraises, d’autres petits fruits rouges sont cultivés. Myrtille, framboise et groseille rivalisent désormais avec la fraise. La filière bénéficie de l’encadrement par deux associations professionnelles: l’Association marocaine des conditionneurs exportateurs de fraise (AMCEF) et l’Association marocaine de production des fruits fouges (AMPFR). Celles-ci sont très impliquées dans l’intelligence économique, en particulier la diffusion   des informations sur le marché, l’amélioration du niveau technique des entreprises agricoles et la participation à la formation des agriculteurs et des agro-industriels.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc