Habillage_leco
Société

Les RH, talon d’Achille des communes

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4993 Le 31/03/2017 | Partager
Un rapport de Transparency Maroc identifie les carences
Appel à renforcer les formations des élus
Très peu d’initiatives pour se rapprocher du citoyen
rh_commune_093.jpg

Pour Transparency Maroc, les communes doivent renforcer leur interaction avec les citoyens, notamment via la création de nouvelles structures comme les Conseils des quartiers (Ph. Bziouat)

C’est l’une des principales contraintes face au déploiement de la nouvelle architecture territoriale. La qualité des ressources humaines locales est décisive pour réussir le chantier de la régionalisation avancée. C’est ce qui ressort des déclarations récentes des présidents des communes et des régions (voir l’édition du 30 mars).

C’est dans ce sens que s’inscrit le rapport réalisé par Transparency Maroc sur la gouvernance locale. Ce document a été réalisé à l’issue d’un cycle de formation mené par cette ONG en partenariat avec l’ambassade du Royaume-Uni. Ce programme a permis de faire le point sur «une série de carences liées à la formation, aux connaissances du cadre juridique réglementant les communes. Ce qui nécessite la mise en place d’une stratégie claire pour le renforcement des compétences des acteurs locaux», peut-on lire dans ce rapport, présenté mercredi dernier à Rabat. L’objectif est de favoriser «une plus grande efficacité de la gouvernance locale, à même de permettre l’instauration de la culture de probité au niveau territorial», est-il indiqué.

Aujourd’hui, Transparency Maroc plaide pour l’approfondissement des connaissances des élus locaux dans plusieurs domaines. En tête, la garantie d’une «connaissance affinée des domaines de compétences des communes, notamment ses interactions avec les préfectures, provinces et régions». Cela est décisif pour éviter les chevauchements des interventions. Cette ONG appelle à accompagner les conseils locaux dans l’élaboration d’un référentiel des procédures. Les bureaux des collectivités locales sont aussi appelés à s’inscrire dans cette nouvelle orientation, en veillant à «fournir aux élus tous les documents relatifs à l’ordre du jour des sessions ou encore les rapports à examiner par les commissions permanentes».

L’idée est aussi d’assurer une meilleure maîtrise de certains sujets, souvent au centre des polémiques, à l’image de la gestion déléguée, des sociétés de développement local ainsi que des mécanismes de coopération décentralisée. D’où l’importance de renforcer les capacités des élus via des formations techniques. L’appui aux élus concerne également leurs relations aux citoyens. L’implémentation de l’approche participative, consacrée par la Constitution, manque encore de mécanismes de mise en œuvre.

C’est ce qui ressort des conclusions de ce rapport. Par exemple, «les communes se contentent de mentionner dans leurs règlements intérieurs la tenue de rencontres publiques annuelles». Or, il est important de dupliquer certaines expériences ayant prouvé leur pertinence, selon les responsables de Transparency. Il s’agit notamment de la création des conseils de quartier ou des espaces de consultation pour traiter les dossiers liés aux revendications des citoyens. Les communes doivent aussi, selon cette ONG, mettre en place une structure pour l’accueil et le traitement des plaintes.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc