Habillage_leco
Analyse

Gouvernement: «Le PJD a compris qu’il ne peut pas gouverner seul»

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4987 Le 23/03/2017 | Partager
Le parti a tiré les leçons des cinq mois de blocage
La méthode El Othmani a permis d’apaiser les relations avec le PAM
Le nouveau chef du gouvernement dispose d’une plus grande marge de manœuvre
mohamed_amrani_boukhobza_a_087.jpg

Pour Mohamed Amrani Boukhobza, professeur de sciences politique à l’Université Abdelmalek Saâdi de Tanger, Saâdeddine El Othamni a désormais la possibilité d’envisager différents scénarios pour la prochaine majorité, contrairement à la période précédente où une seule configuration s’imposait, liée à la participation ou pas de l’USFP (Ph. MA)

- L’Economiste: A la fin du premier round des consultations, quel est le scénario le plus plausible?
- Mohamed Amrani Boukhobza:
Cette première partie des tractations a d’abord permis d’atténuer la tension qui a marqué la scène politique ces derniers mois. C’est une évolution positive. Surtout que cela a été accompagné d’un changement dans les positions des autres partis, essentiellement la dissolution de l’alliance des quatre partis, dont l’Usfp. Cela est décisif dans la mesure où il offre au nouveau chef du gouvernement une plus grande marge de manœuvre, en allégeant les conditions qui avaient causé le blocage.
Globalement, ces éléments offrent à Saâdeddine El Othmani la possibilité d’envisager différents scénarios, contrairement à la période précédente où une seule configuration s’imposait, liée à l’acceptation ou au refus de l’entrée de l’USFP dans la majorité. Parmi les options possibles, le retour de l’Istiqlal et l’exclusion de l’Usfp comme cela est revendiqué par le Conseil national du PJD.

- Qu’est-ce qui pourrait changer dans l’approche des partis pour les négociations avec El Othmani?
- La méthode de Saâdeddine El Othmani facilite la relation avec les chefs des autres partis. Le délai de 15 jours pour la formation du gouvernement impose aussi à tout le monde de revoir le mode de gestion des tractations. Des signaux positifs sont envoyés dans ce sens, à travers la suspension d’une série de conditions qui étaient posées dans la période précédente. Aujourd’hui, nous constatons une plus grande flexibilité par rapport à la période de Abdelilah Benkirane.

- Le PJD a-t-il tiré les leçons de l’échec de Benkirane?
- Effectivement. Le PJD a bien compris les messages qui lui ont été adressés de la part des autres formations. Maintenant, ses dirigeants savent qu’ils ne peuvent pas gouverner seuls. Surtout que c’est un parti qui ne dispose pas de la majorité absolue. Il est arrivé premier aux élections. La différence entre les deux situations est importante. Le PJD a également assimilé les messages contenus dans le communiqué du cabinet royal. Aujourd’hui, ses responsables doivent prendre en considération l’importance de séparer le statut de chef du gouvernement de celui de membre du parti. Saâdeddine El Othmani est appelé à garder la même distance avec sa formation et ses autres alliés.

- L’apaisement des relations avec le PAM peut-il se traduire par une alliance entre les deux partis?
- C’est la méthode El Othmani qui a permis d’atténuer la tension sur la scène politique. Sa nomination en tant que chef du gouvernement est un signal sur la nécessité de changer les profils des patrons de partis.
La page des phénomènes comme Benkirane, Chabat, El Omari doit être tournée. Surtout que les accusations qui foisonnaient durant la période précédente, notamment en taxant le PAM d’hégémonie (Tahakkoum), ont porté atteinte à la pratique politique. Il est important qu’il n’y ait pas de rupture entre les partis qui travaillent dans le même cadre institutionnel et donc appelés forcément à interagir. Aujourd’hui, même les faucons du PJD sont conscients que le PAM est un acteur majeur sur la scène politique. Cette évolution a été favorisée par la clarté des positions du PAM suite aux dernières élections.

Propos recueillis par
Mohamed Ali MRABI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc