Société

Derrière l’image aseptisée…

Par Aïda BOUAZZA | Edition N°:4986 Le 22/03/2017 | Partager
Le pays est classé deuxième mondial dans le domaine de la parité
Grâce à son système d’éducation, des congés familiaux pour femmes et hommes…
Une ombre au tableau, la violence à l’égard des femmes

L’excellent système de santé, l’éducation égalitaire et gratuite pour tous dès le préscolaire, des congés familiaux accordés aux femmes comme aux hommes ainsi que la mise en place d’un large réseau de système de prise en charge d’enfants en bas âge ont fait de la Finlande un exemple en matière d’égalité des genres. Classé deuxième mondial dans ce domaine, ce jeune pays, qui fête les 100 ans de son indépendance cette année, a fait de l’égalité des chances une de ses valeurs les plus importantes. L’égalité des genres est une telle priorité que quatre autorités logées au ministère des Affaires sociales et de la Santé sont dédiées à sa promotion. Il existe ainsi une cellule dédiée aux questions d’égalité, un médiateur pour l’égalité, un comité sur l’égalité et un conseil sur l’égalité des sexes.

Le taux d’activité avoisine les 70%, et plus précisément près de 69% pour les hommes et 68% pour les femmes. Un taux que les Finlandais espèrent porter à 75%. Globalement, les femmes sont plus éduquées que les hommes, mais celles-ci ont tendance à plus opter pour des métiers dans le secteur public plutôt que privé. L’éducation est largement dominée par les femmes avec un taux de 84,9%,  lorsque l’ingénierie et la construction ont tendance à être plus masculines avec 73,8%. Le domaine des sciences est le plus équilibré avec 45,7% de diplômées féminines et 54,3% de diplômés masculins. Du côté des rémunérations, il existe tout de même un écart de 17% et seuls 30% des employés dans les grandes sociétés sont des femmes.

En 1906, la Finlande est devenue le premier pays au monde à adopter une loi qui permet aux femmes, non seulement de voter, mais de se porter candidates aux élections. En 1907, 19 femmes ont été élues au Parlement lors des premières élections législatives. Depuis, les efforts en vue d’atteindre l’égalité se sont régulièrement poursuivis à tous les niveaux de la société finlandaise. Le pays a notamment élu une femme présidente en 2000 quand une autre a été nommée présidente de la Cour suprême.

La Finlande, bien que faisant partie des pays les plus développés de la planète, compte cependant un problème majeur au sein de sa société: la violence à l’égard des femmes. En effet, selon une étude publiée par l’Agence européenne des droits fondamentaux en 2014, les pays d’Europe du Nord enregistrent les taux les plus élevés. Avec 47% de femmes ayant déclaré avoir été victimes d’agression physique ou sexuelle, la Finlande est le deuxième pays avec un des taux les plus élevés de la violence à l’égard des femmes.
Parmi les objectifs de ces autorités dédiées à l’égalité des genres, figurent notamment un programme de salaire égal ainsi qu’un programme pour réduire la violence à l’égard des femmes. Le gouvernement a également ses propres objectifs à atteindre concernant l’égalité des genres.

Un prix pour l’égalité des genres

A l’occasion du 8 Mars, et dans le cadre de ses 100 ans, la Finlande a lancé un prix international pour l’égalité des genres, intitulé «International Gender Equality Prize». Cette initiative vise à attirer l’attention sur le rôle leader du pays dans ce domaine. La récompense sera décernée à titre individuel à des personnes qui auront fait progresser par leur exemple l’égalité entre femmes et hommes. L’objectif premier de ce prix est de créer une tribune pour la promotion future de l’égalité entre femmes et hommes dans le monde. Pour la réalisation de cet objectif, le prix est décerné à «un éminent défenseur et artisan de l’égalité», ont noté les organisateurs. Le lauréat ne recevra pas son prix sous forme monétaire, car la somme d’argent prévue sera versée au profit de la cause de l’égalité.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc