Habillage_leco
Entreprises

Tanger Tech: Une implantation en trois temps

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4986 Le 22/03/2017 | Partager
La future cité industrielle démarrera avec une ville intelligente sur 500 ha
Une zone franche logistique et une zone industrielle dédiée aussi prévues
Un chiffre d’affaires annuel de 15 milliards de dollars à terme
tanger_tech_086.jpg

La future cité industrielle Mohammed VI Tanger Tech aura aussi une composante résidentielle. Il s’agit d’une ville intelligente destinée à abriter une capacité de 300.000 habitants (Ph. MAP)

C’est une implantation en trois temps qui est prévue pour la mise en place de la cité industrielle Mohammed VI Tanger Tech. La  première phase de ce méga projet, présenté au Souverain ce lundi (voir notre édition n°4985 du 21 mars), devra s’étendre sur 500 hectares avec un investissement d’un milliard de dollars (environ 10 milliards de DH). Il s’agira d’une véritable cité intégrant une partie résidentielle couplée à l’infrastructure industrielle, selon le groupe chinois Haite et la BMCE BoA promoteurs du projet. Elle accueillera divers secteurs industriels de pointe dont l’aviation, l’automobile, le commerce électronique, les communications, les énergies renouvelables, le transport, l’industrie alimentaire et d’autres.

Lors d’une deuxième phase, il est prévu de mettre en place une zone franche logistique qui s’étalera sur 500 autres hectares. Et enfin, les 1.000 hectares restants seront dédiés à l’élargissement de la partie industrielle du projet. Le développement progressif de Tanger Tech sera conduit sur dix ans et nécessitera la bagatelle de 10 milliards de dollars d’investissement.

L’objectif pour le groupe Haite est de faire de Tanger une vitrine technologique en matière d’aviation et de son industrie. C’est d’ailleurs le domaine de prédilection de ce groupe chinois issu de la région de Chengdu. Haite est fournisseur de plusieurs groupes aéronautiques et s’est forgé une réputation dans la formation et l’entraînement des équipages. Son ambition est de porter cette industrie au niveau du secteur automobile à Tanger. L’appétence du groupe chinois ne s’arrête pas là. L’autre grand secteur sur lequel il mise est celui des énergies renouvelables, et dont le Maroc a fait un chantier prioritaire et stratégique.

Les retombées du projet seront aussi «grandioses». Une ville intelligente sera conçue pour abriter quelque 300.000 personnes. Et le chiffre d’affaires, selon les estimations des promoteurs, devrait atteindre les 15 milliards de dollars annuels à terme avec une retombée en matière de taxes et d’impôts de près de 300 millions de dollars, soit 5 fois le budget actuel de la ville de Tanger. Non moins négligeable, le nombre d’emplois à venir qui est estimé à 100.000 et dont 90.000 réservés aux habitants de la région.

La formation ne sera pas en reste. La future cité intégrera un volet de formation et de transfert de savoir qui à terme profitera à plus de 6.000 personnes par an.
A noter que ce projet de cité industrielle a fait l’objet d’un mémorandum d’entente signé entre les partenaires à Pékin en mai 2016 lors de la visite royale en Chine. Depuis, plusieurs responsables chinois ont fait le voyage à Tanger pour s’enquérir de l’état du terrain prévu et pour finaliser les détails de la future cité. La dernière étape a été la présentation du projet devant le Roi, lundi 20 mars.

La deuxième révolution chinoise

Selon les experts, la Chine a changé de modèle. Il y a quelques années, ce pays, premier producteur au monde, a décidé de devenir le premier consommateur du monde. Et pour satisfaire son marché gargantuesque, plus de 85 millions d’emplois devront quitter la Chine et se relocaliser. Et le Maroc est bien placé pour prendre sa part d’autant plus que le niveau de vie a nettement augmenté dans l’empire du Milieu et les salaires minimum ont grimpé atteignant des niveaux jamais vus auparavant.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc