Entreprises

Innovation: Ces success stories made in Maroc

Par Amin RBOUB | Edition N°:4986 Le 22/03/2017 | Partager
Screendy, Lydec, New Work Lab... des entreprises qui se démarquent
Les conclusions d'une étude menée par le cabinet Mazars

L'entreprise marocaine est plutôt bien perçue par le sondage des cabinets internationaux. Sur le registre de l'innovation, l'entreprise marocaine fait désormais partie des success stories à l'échelle continentale. Des start-ups sont souvent citées en exemple à l'international. C'est le cas notamment de Screendy, Avito, Lydec ou encore New Work Lab... Autant de structures, de différentes tailles, citées par une étude du cabinet Mazars, soit parce qu'elles sont innovantes de par leur activité, soit elles ont mis en place des initiatives à caractère innovant.

Selon l'étude du cabinet d'audit et de conseil, «l'invitation de Joe Biden lors du discours inaugural du Global Summit de Marrakech en 2014 semble avoir été source d'inspirations». Certes, «l'écosystème entrepreneurial se cherche encore, mais les initiatives se structurent». C'est notamment le cas à Casablanca à travers l'espace de coworking New York Lab, qui se mue progressivement en incubateur. L'étude cite des accélérateurs qui émergent, parfois en associations avec des acteurs internationaux comme Numa (un accélérateur de start-up et accompagnateur de grandes organisations à l'échelle mondiale).

Dans ce même contexte, le cadre réglementaire évolue également, notamment sur le plan du financement des initiatives et projets. Même si les business angels locaux sont encore peu nombreux, d'autres modalités de financement en amorçage se développent. C'est le cas d'Outlierz, qui est un fonds basé au Maroc et qui vise à financer en amorçage ou pré-amorçage des projets à l'échelle du continent. C'est ce qui ressort des conclusions d'une étude récente menée par le cabinet Mazars.
En effet, le groupe international d'audit et de conseil a mené une étude (appuyée par un sondage) sur l’innovation et l’entrepreneuriat en Afrique. Les résultats ont été dévoilés, hier matin, à l’occasion de l’Africa CEO Forum, à Genève.

Cette étude relate, entre autres, des expériences d’entrepreneurs et d’entreprises qui ont développé des initiatives locales innovantes. Parmi elles, des success stories marocaines, sud-africaines, égyptiennes, rwandaises...  Selon le cabinet Mazars, le continent africain est en ébullition numérique: bourgeonnant en Afrique centrale ou dans l’Ouest francophone, en phase de développement accéléré comme au Rwanda, structuré comme l’exception sud-africaine. D’autres encore bénéficient de positions privilégiées comme au Maroc. «Un pays proche historiquement des Etats-Unis et géographiquement de l’Europe».

L' Egypte se démarque aussi, du fait  de sa proximité avec le Moyen-Orient. L’étude Mazars démontre qu’aujourd’hui un peu partout des précurseurs montrent la voie rapprochant les mondes des entreprises établies et des entrepreneurs/innovateurs, ou libérant le potentiel «intrapreneurial» des salariés. L'étude renseigne  également sur l'écart de maturité entre les écosystèmes anglophone et francophone...

Méthodologie

Menée par le cabinet Mazars, l'étude a été réalisée entre novembre 2016 et février 2017. Elle s'est appuyée sur des entretiens qualitatifs menés face to face, ou par téléphone auprès de dirigeants d'entreprises et responsables de l'innovation. Outre le Maroc, les entretiens ont été réalisés aves des responsables basés en Egypte, Afrique du Sud, France, Kenya, Nigéria, Rwanda, Sénégal et Singapour. Une étude quantitative a été menée également via les réseaux sociaux, auprès d'un échantillon de collaborateurs de grandes entreprises basées en Afrique anglophone et francophone. L'enquête a permis de collecter 643 réponses.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc