Analyse

Immobilier à Casablanca: Ces nouvelles zones très prisées

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4983 Le 17/03/2017 | Partager
Dar Bouazza, Bouskoura… se développent au détriment des quartiers intra-muros
Anfa, Mers Sultan et même Ben M’sik ou Hay Mohammadi se dépeuplent
cas_immobilier_083.jpg

Situées à une vingtaine de km du centre-ville, les banlieues de Dar Bouazza et Bouskoura offrent un cadre serein, loin du stress et des nuisances sonores de la ville (Source: REA Partners)

Casablanca intra-muros ou banlieue huppée? Le choix est vite fait par des milliers de Casablancais qui commencent à déserter le centre-ville. Dar Bouazza, Bouskoura, Zenata… sont des pôles périphériques qui ont de plus en plus la cote.
La preuve: les arrondissements de l’hyper-centre comme Anfa ou Mers Sultan se dépeuplent peu à peu.  Les statistiques le confirment d’ailleurs. Selon le dernier recensement de 2014, il y a moins d’habitants à Anfa (-0,84%), Mers Sultan (-1,42%) et même à Ben M’sik (-1,29%). Hay Mohammadi ne fait pas mieux avec un taux d’accroissement annuel moyen (TAAM) d’à peine 0,23%. Les données du recensement révèlent des évolutions démographiques négatives touchant la moitié des collectivités territoriales. Cette tendance s’est certainement accélérée ces 3 dernières années.

Parallèlement au dépeuplement observé dans plusieurs arrondissements de Casablanca, les provinces limitrophes enregistrent, elles, des niveaux d’accroissement démographiques très importants.
La population de Nouaceur (dont relèvent notamment Bouskoura et Dar Bouazza) est passée de 182.145 en 2004 à 333.604 personnes en 2014 (soit une croissance de 83,2%) avec un TAAM de 6,24%. Au cours de la même période, l’effectif des ménages y a presque doublé en passant de 38.673 à 76.711, soit un TAAM de 7,1%. Le taux d’urbanisation de la province est passé de 79,3% à 83,4% et la population urbaine a évolué selon un taux moyen de 6,8% contre 3,9% pour la population rurale.

Mais au-delà des chiffres, les professionnels sont également unanimes sur ces nouvelles tendances. «Aujourd’hui, des zones comme Dar Bouazza ou Bouskoura affichent les sites d’intérêt les plus importants. Les recherches de logement continuent d’y croître chaque trimestre, alors que la demande stagne, voire baisse pour des quartiers comme Maârif ou encore Gauthier», tient à préciser Youssef Benmansour, cofondateur du cabinet immobilier REA Partners.
Une analyse du portail immobilier «Jumia House» abonde dans le même sens. «Après le passage atone qu’a connu le secteur de l’immobilier ces derniers trimestres, nous observons à présent une mutation de la demande et de l’offre», explique Clément Tesconi, DG de Jumia House Maroc. Selon ce dernier, Dar Bouazza est d’ores et déjà desservie correctement et Bouskoura le sera bientôt avec la livraison du pont à haubans de Sidi Maârouf (prévue fin 2017). «Ce qui amène à penser que ces deux banlieues huppées ont encore de nombreuses années de prospérité immobilière devant elles», poursuit Tesconi.

Pourquoi un tel engouement? La raison est toute simple: la nouvelle clientèle est à la recherche d’un environnement serein, loin des nuisances du centre-ville, mais aussi d’un bon rapport qualité/prix en termes de prestations et cadre de vie. Situées à une vingtaine de km de Casablanca, les 2 banlieues offrent un environnement plus calme et sécurisé que la capitale économique.
La ville verte de Bouskoura, située à la lisière de la forêt éponyme (3.000 ha), offre un cadre écologique proche de la nature, tout en proposant résidence, golf, hôtels, équipements d’enseignement… Longtemps  considérée comme station balnéaire, Dar Bouazza est aujourd’hui une destination résidentielle de 1er choix (proximité avec le centre-ville, école belge, George Washington Academy…). «Dar Bouazza et Bouskoura, c’est green life versus beach life», commente Tesconi.

Un sondage, effectué par Jumia House auprès de 804 Casablancais, conforte les nouvelles exigences des Casablancais. Près de 62% de l’échantillon seraient prêts à s’éloigner du centre-ville pour éviter les nuisances sonores et le temps de transport inhérent à leur mode de vie actuel. Ces zones offrent aussi des villas jumelées ou isolées, des lots de terrains pour villas, mais également des studios, appartements, pavillons ou encore duplex dans un environnement moins dense. Bouskoura et Dar Bouazza proposent  également des centres de loisirs à proximité des résidences, ainsi que des infrastructures en amélioration continue...

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc