International

Tourisme: Le salon de Paris s’ouvre dans une conjoncture moins tendue

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4982 Le 16/03/2017 | Partager
Après les attentats, le secteur se mobilise
Les perspectives pour l’hôtellerie demeurent très positives
L’ONMT limite son budget et renouvelle sa stratégie
tourisme_4892.jpg
PwC révèle les évolutions des villes européennes en termes d’activité hôtelière. Porto se place en tête du classement 2017 avec une estimation de croissance de 14,8% (RevPAR), devant Dublin et Budapest. En 2018, Porto devrait conserver une croissance à deux chiffres, en devise locale (12,8%), devant Budapest et Madrid alors que Dublin quitterait le podium

Les meilleures destinations internationales vont vanter leurs atouts pour séduire les futurs vacanciers lors de la 42e édition du Salon mondial du tourisme de Paris qui ouvre ses portes du 16 au 19 mars (porte de Versailles). Le Maroc ne sera pas cette année encore présent à cette manifestation pour des raisons budgétaires. Les anciennes expériences ont montré «que le retour sur investissement est trop faible», assure à L’Economiste une source à l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Ses responsables ont décidé d’ailleurs d’adopter une nouvelle stratégie qui consiste à «réinvestir dans le digital, la communication, les relations publiques et les médias». Il est question aussi de réduire les espaces accordés pour les stands. Outre porte de Versailles, l’Office ne participe pas non plus au salon touristique de Las Vegas et a réduit la superficie du stand Maroc dans celui de Berlin (cf. notre édition N°4978 du 10/03/2017). Il maintient toutefois sa présence au salon international de l’industrie du tourisme (IFTM Top Resa).

Côté destinations, le Maroc, mais aussi la Tunisie, l’Egypte ou encore la Turquie ont été touchés ces dernières années par une chute de la fréquentation touristique. Le secteur a été affecté par les attentats. Si l’activité des tour-opérateurs (TO) français a encore reculé l’hiver 2016, en raison notamment de la désaffection des pays du Maghreb, l’été s’est annoncé également compliqué pour ces destinations. Les chiffres du SETO français (Syndicat des entreprises du tour operating) faisaient état d’un recul de 37,6% des réservations pour la destination Maroc. Le Royaume reste toutefois moins affecté que la Tunisie (-78,6%) et la Turquie (-77,4%) lourdement touchées par le terrorisme ces deux dernières années. Toutefois, le contexte géopolitique «pèse un peu moins cette année», comme l’a indiqué à la presse la directrice du salon de Paris, Marianne Chandernagor. Elle précise que la destination Maroc «est visible dans les salons du tourisme de province». 
En ce qui concerne le tourisme européen, 2016 s’est révélée une nouvelle année record. Il a enregistré 12 millions de visiteurs supplémentaires et un total de 2,8 milliards de nuitées en hébergement touristique. La bonne résistance des économies européennes, la popularité des destinations touristiques d’Europe du Sud (Portugal et Espagne notamment) et le poids du tourisme d’affaires en Europe devraient stimuler l’activité du secteur hôtelier en 2017. C’est ce que révèle l’étude prospective du cabinet de conseil et d’audit PwC sur l’hôtellerie en Europe, «European Cities Hotel Forecast for 2017 and 2018». «Les perspectives pour le marché de l’hôtellerie demeurent très positives malgré les échéances électorales à venir cette année en Europe», d’après Geoffroy Schmitt, associé responsable du secteur hôtellerie chez PwC. Il souligne que «de nombreuses destinations ont investi pour améliorer et promouvoir la qualité de leurs services touristiques, à l’instar de la France qui a mis en place pour la première fois un plan d’attractivité sur l’ensemble de son territoire». Le secteur hôtelier parisien devrait renouer avec les bénéfices au cours des 2 prochaines années. Le RevPAR (le revenu par chambre disponible) devrait enregistrer une hausse de 3,6% en 2017 et de 5,8% en 2018, tiré par des taux d’occupation en augmentation de près de 4%.

----------------------------------------------------------------

Année record pour les transactions hôtelières​

Le marché des transactions hôtelières en Europe s’élève à 19 milliards d’euros en 2016, soit le deuxième niveau le plus élevé jamais enregistré après un pic record de 21 milliards en 2015, selon l’étude de PwC. L’Allemagne bénéficie du détournement des investisseurs du marché hôtelier britannique à la suite du Brexit. Berlin a attiré un niveau record d’investissements en 2016. Elle représente désormais 27% de l’ensemble des transactions européennes en volume, devançant ainsi le Royaume-Uni (25%), l’Espagne (11%) et la France (8%). En 2017, PwC anticipe un volume similaire de transactions dans le secteur hôtelier, au vu de la publication de chiffres conjoncturels meilleurs que prévu au Royaume-Uni et plus généralement en Europe au cours des derniers mois. Mais aussi de l’appétit croissant des investisseurs pour les hôtels, notamment dans l’optique d’une diversification de leurs actifs immobiliers.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc