Analyse

Forum Afrique Développement: En quête d’un logiciel économique

Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:4982 Le 16/03/2017 | Partager
La croissance c’est bien, l’emploi c’est encore mieux
La recette de la stratégie gagnante du Maroc sur le continent
tanger_med_forum_afrique_dpt_4982.jpg
 

Le Forum Afrique Développement, qui se tient ces jeudi 16 et vendredi 17 à Casablanca, est l’un des rendez-vous phares du monde des affaires de la semaine. Cet événement marque aussi le succès de la stratégie marocaine définie par la plus haute autorité du pays. «Nous ne reconnaissons plus notre Côte d’Ivoire». Cette expression spontanée d’un entrepreneur français cité dans un récent rapport parlementaire français sur la Côte d’Ivoire témoigne de points marqués par la stratégie du Royaume sur le continent. La Côte d’Ivoire, avec le Sénégal, est l’un des piliers de la présence marocaine. C’est aussi le premier destinataire des investissements directs des opérateurs marocains à l’étranger. 
Si les groupes bancaires (BMCE Bank of Africa, BP et Attijariwafa bank) y sont pour l’instant en première ligne, le contrat de la réhabilitation de la baie de Cocody estimé à 1,5 milliard de dirhams, a marqué les esprits. C’est de loin la plus grosse opération réalisée dans ce pays et entièrement financée par les banques marocaines. La structure des échanges du Maroc est encore largement dominée par l’Europe (64% des importations et près de 70% des exportations, contre seulement 10% pour l’Afrique). La réorientation vers l’Afrique lancée au début des années 2000, répond à une stratégie clairement énoncée et portée par le Souverain. Par ses nombreux voyages, le Roi a donné de l’impulsion aux opérateurs économiques. La concurrence (française) reconnaît la pugnacité et l’audace des acteurs marocains  prompts à prendre des risques. Ce qui contraste parfois avec l’attitude de groupes bancaires français qui ne s’impliquent que dans des projets bénéficiant des financements internationaux.Dans sa stratégie marketing, le Maroc met en avant l’argument du «co-développement» car ayant lui-même à certains égards apporté des réponses à des problématiques que vivent beaucoup de pays africains (dans l’adduction de l’eau, l’électricité ou le développement des infrastructures).
L’ambition de Rabat est de devenir un hub régional, voire continental. Le Maroc aurait donc toute sa place pour jouer ce rôle en Afrique de l’Ouest et centrale, qui correspond à sa «zone de confort». À cette fin, le Royaume dispose de plusieurs outils dont certains demandent encore à monter en puissance. L’un des plus élaborés est sans doute la compagnie aérienne Royal Air Maroc, qui ouvre sans cesse de nouvelles lignes directes à destinations de capitales africaines.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc