Politique

Gouvernement: Rien ne se fera sans l’USFP!

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:4978 Le 10/03/2017 | Partager
Le parti de la rose s’accroche à l’entrée dans la majorité
Abdelilah Benkirane critiqué pour sa mauvaise gestion des négociations
driss_lachgar_078.jpg

Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP, a brandi la carte de l’influence de son parti au sein de l’Internationale socialiste. Un atout qui devra être mis en contribution si cette formation entre dans le gouvernement (Ph. Bziouat)

Abdelilah Benkirane se retrouve dos au mur. Ses différentes manœuvres n’auraient pas abouti à imposer sa volonté d’exclure l’USFP de la prochaine majorité. Si rien ne change dans les prochains jours, il sera face à un choix pénible. Soit accepter les conditions de ses alliés, soit annoncer son échec au Souverain. Surtout que les autres partis tiennent mordicus à un gouvernement avec l’USFP. Que ce soit le RNI, l’UC ou encore le MP, tous insistent sur cette composition pour garantir une équipe homogène, forte d’une majorité très confortable. Driss Lachgar, premier secrétaire de l’USFP, a annoncé qu’il s’accroche à la participation de son parti au gouvernement, lors d’une conférence tenue mercredi dernier à Rabat.

Il a tiré à boulets rouges sur Abdelilah Benkirane, critiquant la méthodologie adoptée dans les négociations. Lachgar a déploré que le patron du PJD soit resté prisonnier de «la logique du leadership, basée sur un nombre de sièges au lieu d’une approche participative. Surtout que cette logique numérique n’est pas pertinente à cause du mode de scrutin qui ne permet pas à un parti de disposer d’une majorité absolue». Pour le patron de l’USFP, Benkirane devait «envoyer des signaux positifs pour installer la confiance avec ses partenaires». Or, «il a préféré opter pour des déclarations pour faire pression sur les autres partis, en gelant les canaux directs de discussions», a-t-il déploré.

Globalement, le RNI et ses alliés insistent sur la présence de l’USFP au gouvernement pour mettre à contribution son dynamisme au sein de l’Internationale socialiste. D’ailleurs, Lachgar a rappelé les efforts menés par son parti au sein de cette organisation, ayant conduit au «retrait de trois points à l’ordre du jour, liés à la question de l’intégrité territoriale». Surtout que l’axe Pretoria-Copenhague, très influent au sein de l’Internationale socialiste, appuie les thèses des séparatistes. Pour Lachgar, «l’USFP a réussi à bloquer ces manœuvres. Aujourd’hui, la position officielle de cette organisation plaide pour un soutien aux efforts de l’ONU pour aboutir à une solution politique».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc