Entreprises

Résultats Maroc Telecom: Rebond sur le marché domestique

Par Franck FAGNON | Edition N°:4970 Le 28/02/2017 | Partager
Le chiffre d’affaires en hausse de 1% à 21,2 milliards de DH
Le groupe versera 5,6 milliards de DH de dividendes à partir du 2 juin
Pour le Trésor, le chèque sera de 1,7 milliard de DH
resultats_mt_070.jpg

Le groupe a dégagé 5,6 milliards de DH de bénéfices en 2016. Hors charges liées au plan de départs volontaires, les profits auraient augmenté de 3,2% à 5,8 milliards de DH. Maroc Telecom versera la totalité de son résultat

Maroc Telecom redonne un peu de marge au Masi après la publication d’un résultat net part de groupe stable en 2016 à 5,6 milliards de DH. Hors impact d’une provision de 255 millions de DH relative au plan de départs volontaires (700 bénéficiaires au 31/12/2016), les profits auraient été en hausse de 3,2% à 5,8 milliards de DH. A la mi journée, la valeur affichait une hausse de 1,43% à 142 DH sur un volume de 33 millions de DH. A Paris où il est également coté, le titre a ouvert en hausse. Après accord des actionnaires, le groupe paiera un dividende de 6,36 DH par action, soit la totalité du résultat à partir du 2 juin prochain.

Propriétaire de 30% du capital, l’Etat va encaisser 1,7 milliard de DH. Le groupe aux 54 millions de clients (+6,3%) tous segments confondus, confirme sur l’ensemble de l’année le rebond de ses activités sur le marché marocain. Le chiffre d’affaires y progresse de 1% à 21,2 milliards de DH contre une baisse de 0,5% une année plus tôt. Le segment mobile qui concentre au moins 2/3 des revenus sur le marché local a ralenti sa baisse à 1,1% (6,2% en 2015) à 14,1 milliards de DH. Pour le management, la décroissance est d’abord imputable à un environnement règlementaire peu favorable.

Les prix eux, continuent de baisser, mais l’impact est atténué par le recrutement de 100.000 clients en 2016 (le parc a atteint 18,4 millions de clients à fin 2016) et l’accélération des usages data. Le trafic a augmenté de 96%, indique l’opérateur. En conséquence, le revenu mensuel moyen généré par chaque client (Arpu) a limité sa baisse à 2,2% contre un repli de 4,7% en 2015.
Les revenus issus du segment fixe se sont inscrits en hausse de 1,1% à 8,8 milliards de DH. Cela dit, cette cadence est en rupture avec le niveau habituel, en particulier ces trois dernières années.
Au niveau opérationnel, le résultat brut d’exploitation au Maroc a reculé de 1,3% à 11 milliards de DH en raison notamment de l’augmentation de 2,4% des coûts opérationnels. Dans son sillage, le résultat d’exploitation marque un recul de 6,5% à 6,9 milliards de DH. Cette baisse intègre les charges de restructuration liées au plan de départs volontaires. Retraitée de cet élément exceptionnel, la baisse de l’Ebita est ramenée à 3,1%, à 7,2 milliards de DH.

Les 32,8 millions de clients (+10% sur un an) du groupe sur les neuf marchés de présence en Afrique ont généré un chiffre d’affaires de 15,3 milliards de DH en hausse de 7,1% à base comparable. Les filiales qui ont intégré le périmètre de consolidation en 2015 sont les plus dynamiques avec des revenus en hausse de 15%. La progression s’est limitée à 4% dans les entités historiques (Mauritanie, Mali, Burkina Faso).
Sur les indicateurs de rentabilité, les activités à l’international ont dégagé un résultat opérationnel avant amortissements (Ebitda) de 5,9 milliards de DH en amélioration de 5%. Hors effet périmètre et éléments exceptionnels, l’Ebitda reste stable d’une année à l’autre. L’instabilité réglementaire sur les marchés d’intervention pourrait continuer à peser sur cet indicateur. Le résultat opérationnel des filiales africaines a atteint 3,6 milliards de DH en forte croissance de 21%. La moitié de la hausse provient d’une plus-value réalisée sur la cession d’un bien immobilier.

En Afrique subsaharienne et au Maroc, les investissements du groupe se sont élevés à 8 milliards de DH en retrait de 10% sur un an. La différence entre les deux années se trouve au niveau des acquisitions de licences et de fréquences. Hors ces éléments, l’investissement reste en ligne avec les prévisions, soit 20% du chiffre d’affaires annuel. L’effort sera relevé à 23% (hors licences et fréquences) en 2017, prévoit le groupe. Le recul des investissements en 2016 a permis au groupe d’afficher des flux nets de trésorerie de 11 milliards de DH en hausse de 17% sur un an. Par ailleurs, il a réduit sa dette de 2,1% à 12,3 milliards de DH.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc