Habillage_leco
Analyse

Mise à niveau des taxis: Le tiers du parc renouvelé à Casablanca

Par Amin RBOUB | Edition N°:4970 Le 28/02/2017 | Partager
Sur un total de 15.000 véhicules, à peine 5.178 réformés
L’ensemble du parc doit être rénové au plus tard en octobre 2017
Nouvelle plateforme et système d’octroi des primes
mise_a_niveau_taxis_070.jpg

A fin 2016,  1.970 grands et 3.208 petits taxis ont été remplacés. Ce qui correspond à un total de plus de 5.100 véhicules. Soit à peine le tiers de l’ensemble de la flotte opérant à Casablanca

Sur une dotation globale de 100 millions de DH à Casablanca, le bilan de l’opération Prime à la casse fait état d’un montant de 96,2 millions de DH débloqués au profit des grands et petits taxis. Au total, le nombre de bénéficiaires est monté à 5.178. Autrement dit, l’opération a porté sur le renouvellement  d’autant de véhicules, répartis entre 1.970 grands et 3.208 petits taxis. En clair, à peine le tiers du parc a été réformé jusque-là. Du coup, des épaves et des véhicules déglingués continuent d’exercer dans l’impunité, voire parfois sans le moindre contrôle technique, encore moins les vérifications d’usage liées au pointage.

D’ailleurs, les agréments et véhicules en circulation n’exercent pas tous dans la légalité. S’y ajoutent les multiples cas de litiges entre détenteurs d’agrément,  propriétaires de véhicule et autres ayants droit. De plus, selon les syndicats, «les demandes de renouvellement sont encore faibles». Et pour cause, il y a de nombreux litiges entre chauffeurs et détenteurs d’agrément, qui refusent de renouveler les contrats les liant aux conducteurs exploitants.

Litiges et conflits

A ce jour, la commission de résolution des litiges de la wilaya dit avoir traité 2.259 conflits liés à l’exploitation. En même temps, certains bénéficiaires dénoncent la bureaucratie et l’excès de zèle chez certains fonctionnaires en charge de ce dossier. S’y ajoute le statut de certains taxis qui n’opèrent pas du tout dans la légalité. De sources syndicales, l’on estime à 15 voire 20% du parc qui est en situation irrégulière, surtout les taxis blancs. «Le dispositif de cette prime nous a permis d’assainir le parc. Mieux, l’esprit de la démarche a contribué à structurer, non seulement la flotte, mais aussi l’ensemble de l’activité des taxis», tient à préciser un cadre à la wilaya de Casablanca. De l’avis de membres de la commission d’attribution de la prime de renouvellement, «la subvention est un moyen de pression et de structuration. Car nous ne validons que les dossiers bien ficelés et les cas assainis. C’est même l’un des principaux pré-requis à l’octroi de la prime».

Le dernier recensement des taxis de la capitale économique (1re et 2e catégories) fait état d’un parc global de quelque 15.000 unités.  En principe, l’opération de renouvellement de la flotte des taxis devait officiellement prendre fin en octobre 2016. Mais comme elle n’a pas été généralisée, elle vient d’être reconduite. Le ministère des Finances vient de rendre publique cette décision, via un décret. Le nouveau délai accordé prendra fin en octobre 2017. Si tout se passe comme prévu, le parc sera entièrement réformé d’ici là. Le décret relatif à la subvention portant sur le renouvellement du parc des grands taxis a été adopté le 10 juillet 2014. Ce décret prévoit une subvention de 80.000 DH par véhicule. Ce qui correspond au montant de la prime à la casse. Pour les petits taxis, la subvention de l’Etat a été fixée à 35.000 dirhams sans toutefois dépasser 35% de la valeur du véhicule si celui-ci est remplacé par son propriétaire. L’Etat est plus généreux si l’ancien petit taxi est mis à la casse. Dans ce cas de figure, un supplément de 15.000 dirhams est octroyé.

L’octroi de cette prime est conditionné par l’âge du véhicule à remplacer (plus de 10 ans). Autre condition importante: l’acquisition d’un véhicule neuf implique la mise à la casse de  l’ancien.
A l’heure où nous mettions sous presse, 4.225 demandes de taxis rouges ont été déposées.  Pour les blancs, 2.068 demandes ont été étudiées, dont 1.774 dossiers acceptés.
Pour verrouiller le dispositif et simplifier davantage les procédures, l’allocation de la subvention passe désormais par un nouveau système et une plateforme informatique, au niveau du ministère de l’Intérieur.
A l’échelle nationale, le parc global des grands taxis pèse pour quelque 45.000 taxis, dont plus de 70% sont vieux de 30 ans, voire parfois plus. Généralement, ce sont des véhicules vétustes (essentiellement des Mercedes 240) qui plus sont dans un état de délabrement avancé qui menace au quotidien la sécurité des passagers.

Bien évidemment, l’introduction de véhicules flambant neufs est censée rajeunir le parc, optimiser le volet sécurité, avec plus de confort à bord et d’économie de gasoil. Ce qui se traduirait forcément par une réduction considérable des émissions de CO2. L’autre enjeu réside dans la dynamisation du marché des importateurs-distributeurs de véhicules neufs, via un nouveau marché, des milliers de commandes, un service après-vente sur plusieurs années et des relais de croissance assurés dans l’activité d’importation-distribution et négoce de pièces de rechange.
A ce jour, à l’échelle nationale, quelque 15.000 grands et 11.000 petits taxis ont déjà bénéficié de la subvention de renouvellement. Ce qui représente 35% de l’ensemble du parc national. Dans 7 mois, 65% de la flotte devra passer à la casse.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc