International

Trump déclare la guerre à l'immigration clandestine

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4967 Le 23/02/2017 | Partager
La nouvelle a intensifié les craintes des sans papiers
Les «Dreamers» épargnés pour le moment

L’administration Trump lance la répression contre l’immigration clandestine. En effet, le département de la Sécurité intérieure a autorisé les agents d'immigration et de douane à interpeller la plupart des personnes en situation irrégulière qu'ils rencontreraient dans l'exercice de leurs fonctions. La nouvelle a intensifié les craintes des immigrés sans papiers. Des cas récents d'arrestations en pleine rue ont semé le trouble parmi ceux qui s'estimaient jusqu'à présent à l'abri d'une expulsion, rapporte l’agence AFP. Il est impossible aux autorités d'expulser immédiatement les plus de 11 millions de sans-papiers. En pratique, les fonctionnaires auront toujours comme consigne de cibler en priorité les délinquants et les criminels.

Barack Obama avait prescrit d'arrêter en priorité les personnes venant de traverser la frontière ou condamnées pour des crimes ou délits graves. Il sera désormais laissé à la libre appréciation des fonctionnaires l'évaluation du danger posé par un étranger à l'ordre public ou à la sécurité nationale. Les personnes poursuivies pour des délits mais pas condamnées, ou ayant obtenu des aides publiques frauduleusement, sont spécialement ciblées. La procédure d'expulsion accélérée, sans passer par la justice, sera élargie à ceux arrivés depuis moins de deux ans (contre deux semaines auparavant). Les effectifs des douanes et de la lutte contre l'immigration clandestine seront accrus. «La priorité, ce sont ceux qui représentent une menace pour ce pays», a indiqué Sean Spicer, porte-parole de la Maison-Blanche. Il a estimé à un million le nombre de gens ayant déjà reçu d'un juge la notification d'une obligation de quitter le territoire.

Les «Dreamers» seront épargnés. Donald Trump a, pour l'instant, décidé de ne pas s'en prendre aux sans-papiers arrivés jeunes aux Etats-Unis, et qui ont obtenu un permis temporaire grâce au programme Daca, créé en 2012 par Barack Obama. A ce jour, environ 750.000 personnes en bénéficient.

Une rencontre sur la sécurité à la frontière

Une rencontre est prévue ce jeudi 23 février entre le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, le secrétaire à la Sécurité intérieure John Kelly et le président mexicain Enrique Peña Nieto. Ils devraient discuter notamment de la sécurité à la frontière et de la coopération policière.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc