Analyse

Pêche maritime: Halieutis relève le défi de la durabilité

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4962 Le 16/02/2017 | Partager
La stratégie Halieutis tient ses promesses: valorisation et croissance au rendez-vous
Développement, emploi et sobriété en carbone, une équation réussie

Les changements climatiques et leurs effets sur le secteur de la pêche sont au cœur de la version 2017 du salon Halieutis inauguré ce mercredi. Pour cette 4e édition, l'évènement rassemble des professionnels du monde entier autour de solutions innovantes permettant de réduire l’impact des activités humaines sur l’environnement marin, qu’il s’agisse de l’industrie de transformation ou de la pêche artisanale, côtière ou encore hauturière.

C’est une vision tournée vers le futur comme celle tracée par la communauté internationale qui s’est engagée à préserver les écosystèmes marins lors du Sommet de la COP22. «Notre pays est un acteur majeur régional en matière de préservation des écosystèmes de la ressource et le plan Halieutis a réussi l’équation développement, emploi et protection de l’environnement, garante de la durabilité de la ressource», a déclaré Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture et de la pêche maritime, lors d’une conférence de presse la veille du salon. Une avancée qu'il qualifie de «qualitative et quantitative» grâce aussi à la «ceinture bleue», ce modèle de croissance innovant et durable adopté par le Maroc.

L'initiative, présentée par le département de la Pêche maritime (DPM) et l’Institut national de recherche halieutique (INRH), avec la FAO ainsi que d’autres partenaires lors de la COP22, vise à la fois l’adaptation et la contribution à l’atténuation des effets du changement climatique. Elle constitue un cadre fédérateur favorable à l’émergence d’une économie halieutique sobre en carbone, à faible empreinte écologique sur les écosystèmes marins côtiers.
«La stratégie Halieutis tient ses promesses avec 94% des objectifs de durabilité et de valorisation du secteur déjà réalisés», se félicite Akhannouch. La dynamique créée par le plan Halieutis 2020 mis en place il y a sept ans, combinée à l’important potentiel halieutique marocain, a tiré le secteur vers le haut. Ce qui laisse entrevoir un avenir des plus prospères pour la production nationale qui a d’ailleurs fait un bond en avant. Les chiffres sont parlants.

En à peine cinq ans, elle est passée de 950.000 tonnes en 2011 à 1,46 million de tonnes en 2016. Quant aux exportations, elles ont atteint 19,4 milliards de DH en 2015 et représentent 48% des exportations des produits agroalimentaires. Des chiffres qui placent le Maroc au premier rang des producteurs africains et au 25e rang à l’échelle mondiale. Ces résultats sont dus à la modernisation des infrastructures et aux investissements industriels. A titre d’exemple, un programme de modernisation et de mise à niveau de la flotte nationale côtière et artisanale a été mis en œuvre dans le cadre du programme Ibhar.

Des efforts ont de même été entrepris dans le cadre de la lutte contre la pêche illicite non déclarée et non réglementée. Les marins pêcheurs sont obligés d’être affiliés à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) pour pouvoir exercer. 70% ont ainsi rejoint le secteur formel, rappelle le ministre.

La France à l’honneur

Le salon Halieutis accueille cette année la France et ses opérateurs en invités d’honneur. Ce partenaire commercial d’importance soutient également la modernisation du secteur et développe une coopération scientifique intense avec le Maroc. Il faut rappeler que la France est le quatrième client des produits halieutiques marocains avec un chiffre de 35,2 kilos consommés annuellement par habitant. D’ailleurs, les exportations des produits marocains de la pêche vers ce marché porteur ont atteint en 2016 près de 980 millions de DH. Soit une progression de 6% par rapport à 2015.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc