Entreprises

Assurance africaine: Osons le changement!

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4961 Le 15/02/2017 | Partager
Transparence, modernisation, coopération…
De quoi améliorer la densité de l’assurance en Afrique
Elle pèse actuellement 1,5% du marché global
assurance_changement_061.jpg

En ouverture de la 41e assemblée générale de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (FANAF), Hassan Bensalah, président de la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR), joue la carte de l’unité en rappelant que «nous sommes tous des Africains» (Ph. Mokhtari)

«Nous sommes tous des Africains». Voici comment Hassan Bensalah, président de la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR), ouvre la 41e assemblée générale de la Fédération des sociétés d’assurances de droit national africaines (FANAF). L’événement, qui se tient jusqu’à jeudi à Marrakech, réunit 1.300 participants d’une soixantaine de pays, majoritairement africains. Pendant cette semaine de travail entre BtoB et meetings, il s’agit de définir les stratégies pour une assurance africaine au cours de la prochaine décennie.

En effet, le taux de pénétration des assurances sur le continent reste faible, avec une moyenne de 1,5% du marché global des assurances et de 3% pour des pays comme le Maroc, qui fait de la coopération entre pays du continent, l’axe central de ses stratégies. Rappelons que ce taux de pénétration est de 8% dans les pays développés. La feuille de route est alors de travailler sur des prix de prestations adaptés, sur une visibilité des offres et des services, tout en sortant des réseaux classiques pour toucher le plus large public possible, comme les modèles de la micro-assurance. Les réseaux classiques devant quant à eux se tourner vers le numérique pour rajeunir et moderniser leurs cibles d’assurés. L’enjeu est bel et bien d’ancrer la culture des assurances, encore trop absente, en misant sur les 34% que représente la classe moyenne africaine.

Adama Ndaye, président de la FANAF, enjoint les participants à «trouver de nouvelles niches pour améliorer la densité de l’assurance, à renforcer la transparence car les pratiques abusives sont encore trop répandues, et à moderniser le secteur». Un bon résumé des grandes lignes suivies pendant ces 4 jours de rencontre d’une fédération qui organise là sa première assemblée générale en Afrique du Nord, et plus précisément au Maroc.  
Avec le rythme soutenu des évolutions réglementaires, la gestion opérationnelle, la collecte des fonds propres ou la capacité des compagnies à faire face aux nouveaux types de sinistres, peuvent être fragilisées. L’objectif étant de trouver l’équilibre entre la protection de l’assuré et la nécessité d’une marge opérationnelle pour les compagnies d’assurance.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc