Habillage_leco
Analyse

Aéroports: Marrakech, site-pilote de la stratégie nationale

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4961 Le 15/02/2017 | Partager
Modèle économique, infrastructures, compétences... l’aéroport est un véritable cas d’école
Entre 9 et jusqu’à 12 millions de passagers, respect strict des exigences écologiques
Le bâtiment innove avec son concept commercial «walkthrough»
aeroports_startegie_061.jpg

Le chantier a mobilisé 1.689.250 hommes/jour de travail pour sortir de terre de très belles pièces d’architecture à l’instar de cette coupole en zellige entièrement réalisée par des artisans (Ph. Mokhtari)

Comme pour chaque grande infrastructure structurante, Marrakech joue le rôle de locomotive. Son aéroport qui inaugure un nouveau modèle de gare aéroportuaire de l’ONDA est déjà un cas d’école que l’administration des aéroports compte bien généraliser à toutes les autres villes du Maroc. Le point positif est que cette belle architecture a été complètement réalisée localement et le résultat n’a rien à envier aux grands aéroports mondiaux européens et du Moyen-Orient. La rupture a d’abord été esthétique, confiée à l’architecte Abou Lahlou et n’a pas lésiné sur les moyens (matériaux nobles comme le zellige beldi et le bois, gigantesque coupole géodésique fabriquée en verre triangulaire...).

La seconde rupture a été écologique puisque le bâtiment a été conçu minutieusement pour respecter la logique environnementale. Ses façades (en double peau) et son éclairage en Led permettent de réduire la consommation d’énergie. Toujours dans l’optique du développement durable, le terminal a été doté d’un dispositif de collecteurs d’eau qui permet de récupérer les eaux de pluies et les acheminer vers des cuves enterrées. Ces eaux seront réutilisées pour l’arrosage. C’est ce qui a d’ailleurs valu à ce terminal -et bien avant qu’il n’ouvre ses portes- le certificat 1 dans le programme «Airport Carbone Accréditation» du conseil international des aéroports.

aereport_maroc_061.jpg

Les low-cost qui ont opté pour le tarmac marrakchi ont aussi participé à l’évolution du trafic de l’aéroport de Marrakech sur la période 2006/2016. Mais depuis deux ans, l’on assiste à un retour des compagnies traditionnelles comme British airways, Air France et qui seront certainement suivies par d’autres

La 2e rupture est un concept innovant de «walkthrough» commercial introduit à Marrakech et bientôt à Casablanca. «Dans la plupart des aéroports modernes, au sortir des contrôles d’émigration et des points d’inspection et filtrage, il y a un trajet commercial organisé par lequel passe le client qui dispose d’une offre diversifiée par thèmes et qui aboutit aux espaces de relaxation et de restauration à proximité des portes d’embarquement», explique Zouhair El Oufir, directeur de l’ONDA. Le Walk Through commercial est un concept innovant de boutiques Duty Free transversantes qui a fait ses preuves ailleurs avec une augmentation de 20% du chiffre d’affaires commercial selon l’expérience de certains aéroports européens. Ainsi, pour Marrakech, les recettes de ce concept commercial complétées par celles des autres enseignes commerciales, permettront d’amortir l’investissement réalisé en moins de 8 ans. D’un investissement de 1,22 milliard de DH, le terminal a été financé par la Banque africaine de développement à hauteur de 663 millions de DH et le reste par fonds propres de l’ONDA.

Des fonds qui ont permis à l’aérogare de s’équiper en matériel innovant en termes de sécurité (body scan, détection d’explosif….). En plus d’autres équipements de dernière génération pour fluidifier le cheminement du passager (portes automa¬tiques, escaliers mécaniques, et passerelles télescopiques). Et qui permettant désormais au 2e aéroport du Maroc, en termes de volume, de recevoir des vols long-courriers. Si la construction de ce nouveau terminal devait d’abord répondre aux

aereport_maroc_1_061.jpg

Sans conteste, les top routes de l’aéroport Marrakech restent la France suivie du Royaume-Uni et de l’Espagne. Le nombre de lignes aériennes ouvertes (régulier et low cost) sur le marché britannique a permis à Marrakech d’augmenter sensiblement le marché anglais

besoins de croissance de l’aéroport et lui apporter la capacité et la qualité de service nécessaire, elle devait surtout traduire l’ambition d’en faire un véritable atout touristique pour Marrakech. Reste à générer du trafic pour une si belle infrastructure. Pour El Oufir, l’année en cours s’annonce bien. «En novembre, nous avons enregistré +14,2%, décembre +12,6% et +10% en janvier, qui enregistre aussi une croissance à 2 chiffres. On note le regain d’intérêt de la destination qui se renouvelle en permanence.

Je reste convaincu que nous allons rester sur ce trend haussier pour le reste de l’année». Les annonces de retour des compagnies traditionnelles comme Air France, British Airways, Iberia, Qatar Airways traduisent justement cette dynamique et qui auront certainement un effet d’entraînement sur d’autres compagnies. L’aéroport Marrakech Ménara qui a franchi le cap des 4 millions de passagers il y a deux ans, accroît ses performances. Dans ce volume, le trafic national représente 14% alors les passagers en provenance de l’international, représentent 95%. De par sa vocation touristique, les cinq premières routes aériennes de l’aéroport sont européennes et représentent à elles seules 40% du trafic. L’aéroport de la cité ocre est aujourd’hui connecté à plus d’une cinquantaine d’aéroports internationaux.

Historique de Marrakech Ménara

21/12/2016: Inauguration par Sa Majesté le Roi Mohammed VI du nouveau terminal.
2016: Obtention du certificat «Airport Carbone Accréditation».
2011: Obtention de la certification ISO 14001 Version 2004.
2008: Mise en service du terminal 1 avec une capacité de 3 millions de passagers.
2008: Obtention de la certification ISO 9001 Version 2008.
2005: Construction d’un terminal de la compagnie Atlas Blue.
2000: Extension de l’aérogare passagers pour l’accueil de la COP7.
1971: Ouverture de l’aéroport de Marrakech

Compétences locales

Pour le management de l’Onda, l’aéroport de Marrakech était un double défi: édifier une extension innovante à tous les niveaux et faire appel à des prestataires locaux. Sur les 38 prestataires qui ont travaillé sur le chantier de l’aérogare, 35 sont marocains. Ainsi, outre l’architecture confiée à Abdou Lahlou, les bureaux d’étude et de contrôle (Techno expert et Technitas) sont locaux. Le balisage et l’éclairage a été confié à l’industriel casablancais GRPT lumière. Un autre casablancais GRPT HTDS & Ultranet s’est chargé de l’équipement de sûreté. Sans parler des artistes locaux et marrakchis qui ont travaillé pour les œuvres de zellige et la coupole pour sortir de terre ce beau bijou architectural. Ils sont, toutefois, toujours dans l’attente du paiement de leurs prestations.

 

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc