Competences & rh

Chief happiness officer: Un métier atypique

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:4960 Le 14/02/2017 | Partager
Ramener du bien-être en entreprise et organiser des événements
Réorganiser les valeurs de l’entreprise avec les collaborateurs
chief_happiness_officer_060.jpg

En moyenne, selon la société de sondage américaine Gallup, le coût lié au désengagement des salariés vis à vis de leur travail atteindrait 500 milliards de dollars par an, rien qu’aux Etats-Unis. Au Maroc, 81% des personnes sont désengagées dans leur travail, et seulement 19% se disent engagées contre 13% pour la moyenne mondiale

Chief happiness officer ou responsable du bonheur, un métier bien original qui a vu le jour à la Silicon Valley il y a environ trente ans. Les entreprises ont inventé ce concept pour aider les ingénieurs à s’exprimer et à être plus créatifs. «J’ai découvert par hasard le métier aux Etats-Unis, j’ai fais en sorte de le dépoussiérer puis je l’ai exporté au reste du monde», raconte Arnaud Collery, consultant du bonheur en entreprise. Que ce soit sous forme de workshops, de séminaires ou de conférences, les projets menés pour plus de bonheur au travail empiètent sur la sphère privée des collaborateurs. Une intrusion qui contraste avec les codes sociaux lourdement établis de séparation entre les dimensions privées et professionnelles.

«A ce jour, il n’y a pas de définition exacte du bonheur au travail. Les quelques consultants que nous sommes avons tendance à dire que ça repose sur deux aspects: la joie et la performance», explique Collery. Et oui, quand les employés ont du plaisir dans leur travail, leur productivité est optimisée. «Il n’y a pas d’astuces miracles, il faut juste être à l’écoute, laisser les personnes s’exprimer tout en montrant de l’intérêt envers eux et accepter leurs états émotionnels», poursuit-il. Les missions d’un chief happiness officer sont de jongler entre l’organisation d’événementiels, s’occuper de la culture d’entreprise et régler les conflits humains.

Un responsable du bonheur accompagne d’abord les collaborateurs par du coaching et de l’écoute active. Il prend le temps de connaître les rêves de chacun, ses ambitions et ce qui le motive. Il  favorise aussi une culture d’entreprise qui marche, en redéfinissant les valeurs de la société avec les employés. Et il organise des événements fédérateurs qui correspondent aux attentes des salariés, de la simple fête aux sessions de team building plus formelles.
«La raison pour laquelle on engage des personnes comme moi, c’est qu’il y a plus d’engagement des employés dans leur travail après», souligne l’expert du bonheur en entreprise. Arnaud Collery a été invité par L’Oréal Maroc, «nous sommes la première filiale du groupe au niveau mondial à avoir organisé ce genre de séminaire», précise le management.

Le but est de développer la cohésion du groupe et le plaisir de travailler ensemble.  Cette démarche rentre dans le cadre du développement de la marque employeur de l’enseigne de produit cosmétique. Elle fait en sorte que l’image qu’elle donne d’elle soit en adéquation avec le ressenti de ses employés et la réalité de l’entreprise.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc