Régions

Casablanca: Une seconde vie pour la cathédrale Sacré-Coeur

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4957 Le 09/02/2017 | Partager
Un chantier entièrement financé par l’Intérieur
Les Hollandais prêtent leur assistance pour la reconversion
La livraison programmée pour 2018
sacre_coeur_4957.jpg
La restauration de  la cathédrale Sacré-Cœur se fera en deux phases: la rénovation mais aussi l’adaptation du site afin d’abriter des manifestations artistiques et  culturelles 

Il aura fallu plus de 20.000 mètres d’échafaudage pour la restauration de la cathédrale Sacré-Cœur à Casablanca! «C’est rare au Maroc, sauf pour des minarets comme Hassan et Koutoubia», explique Mohamed Tajari, directeur technique de Hub Génie Civil, l’entreprise en charge des travaux de rénovation de ce site, classé patrimoine de la ville de Casablanca. 

Lancé depuis le mois de novembre dernier, le chantier en est aujourd’hui à sa première tranche, celle de la rénovation de la voûte intérieure. «Les travaux sont menés parallèlement sur l’extérieur et l’intérieur du bâtiment», précise Tajari. 
Ces travaux, qui prendront 24 mois (2016-2018), ont démarré après une phase d’études et de diagnostic. «L’état des fondations et des piliers a été vérifié par les experts», est-il précisé. 
La bâtisse, datant de plus de 80 ans, allie à la fois les spécificités d’une «construction gothique au béton armé, avec une hauteur sous plafond exceptionnelle». Ce qui en fait un monument original dans son genre»,  fait valloir Abderrahim Kassou, l’architecte en charge de ce chantier (et ancien président de Casamémoire).  Le projet comporte en fait deux volets distincts: la rénovation mais aussi l’adaptation du site afin d’abriter des manifestations artistiques et  culturelles. Il faudra en effet adapter le site notamment sur les aspects acoustiques et scénographique. «Des experts hollandais nous assistent sur ces volets», poursuit Kassou. Ces derniers sont d’ailleurs des pionniers en matière de reconversion d’églises. L’opération de restauration coûtera en tout 25 millions de DH, entièrement financés par la direction générale des collectivités locales (DGCL), relevant du ministère de l’Intérieur. 
Les dépendances de la cathédrale seront également restaurées pour abriter des ateliers d’artistes, un espace de lecture, un petit musée, café, restaurant … «L’idée est de lier ce lieu historique à son environnement immédiat, notamment le parc Ligue arabe et l’Ecole des beaux-arts», explique Mustapha Lhaya (PJD), 2e vice-président chargé des travaux et infrastructures. 
Il s’agit de la 3e reconversion d’une église  à Casablanca après celle de Roches Noires (devenue mosquée Al Qods) et Buenaventuras (sise à l’ancienne médina et reconvertie en maison culturelle). 
«Pour assainir la situation du foncier, la commune urbaine de Casablanca vient de lancer la procédure d’acquisition du terrain domanial sur lequel l’église est construite», a expliqué Mustapha Lhaya. Cette décision a été entérinée lors de la dernière session du conseil de la ville qui s’est tenue jeudi 2 février.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc