Société

CAN 217: Attention, ce n’est pas encore dans la poche!

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:4944 Le 23/01/2017 | Partager
Le Maroc s’empare de la 2e place du groupe C derrière la RD Congo
Contre les Eléphants de Côte d’Ivoire, il faudra éviter les calculs
can_maroc_044.jpg

PHOTO DU JOUR: Avec un scénario de début de match défavorable, les Lions de l’Atlas se rassurent face aux Eperviers du Togo (Ph. AFP)

Après avoir perdu leur premier match contre la RD Congo (0-1), les Lions de l’Atlas, sous pression face aux Eperviers du Togo, se sont ressaisis vendredi dernier en s’imposant (3-1). Pourtant, le scénario de début du match leur était défavorable. Dès la 5e minute, l’attaquant togolais Thomas Dossevi déclenche les hostilités d’un tir croisé (0-1). Mal embarqués, les Lions ont vite inversé la tendance, ce qui prouve leur force de caractère, car ils auraient pu s’effondrer. 14e minute, Bouhaddouz profite d’une sortie hasardeuse du gardien de but togolais pour égaliser d’une tête au second poteau (1-1). 20e minute, sur un coup de pied arrêté, Saiss donne l’avantage aux Lions par une tête sur coup franc (2-1).

En seconde période, le Togo a poussé d’entrée avec Adebayor, mais sa tête passe au-dessus de la transversale (55e). 71e minute, En-Nesyri, qui venait de remplacer El Kaddouri, met le Maroc à l’abri en inscrivant un troisième but, d’une frappe en dehors de la surface. Un rebond capricieux a gêné Agassa, le portier togolais (3-1). Avec trois points, le Maroc s’empare de la 2e place du groupe C derrière la RD Congo alors que le Togo est 4e avec un petit point. Cela faisait 18 ans que le Maroc n’avait plus battu le Togo. Avec cette victoire précieuse, le signe indien est vaincu!

Togo-Maroc, c’était aussi une rencontre entre deux sélectionneurs qui se connaissent de longue date: Claude Le Roy, le «Sorcier blanc» qui dispute sa 9e CAN (record), face à son ex-adjoint Hervé Renard, le seul à avoir remporté la CAN avec deux pays différents (Zambie 2012 et Côte d’Ivoire 2015). Au vu de la prestation des Lions, on peut dire que l’élève a supplanté le maître. La Côte d’Ivoire encore accrochée, face à la RDC. Les 2 dernières confrontations en CAN entre la Côte d’Ivoire et la RD Congo ont produit 8 buts.

Au cours de la conférence de presse d’avant-match, Florent Ibenge, sélectionneur de la RDC, exprimait sa méfiance à l’égard d’une équipe de Côte d’Ivoire contrainte au nul par le Togo pour sa première sortie… «C’est une très belle équipe. On s’informe, on regarde les vidéos pour pouvoir les embêter quand ils ont le ballon», a expliqué le sélectionneur congolais. Victorieuse lors de son premier match, la RDC a fait face à une équipe ivoirienne championne d’Afrique en titre. Congolais et Ivoiriens se sont affrontés, vendredi dernier. Verdict de la confrontation: match nul (2-2), score qui met les Léopards en bonne position pour la qualification au prochain tour.

La RDC semble avoir son destin en mains après ce match nul obtenu à l’arraché face aux Eléphants. En effet, les Léopards s’offrent un quatrième point après deux rencontres. Ce point sera précieux dans l’optique des qualifications pour les quarts de finale. Tout se jouera pour la Côte d’Ivoire lors de la dernière rencontre face aux Lions de l’Atlas demain mardi. Les Lions devraient jouer avec beaucoup de solidarité et détermination, surtout garder en tête qu’en 2015, la Côte d’Ivoire a débuté la CAN par 2 nuls en deux matchs, en phase de groupe. Résultat qui n’a pas empêché les Eléphants d’aller chercher le titre.

Roger Milla, buteur indomptable

roger_milla_044.jpg

Le danseur de Makossa. En 1994, lors de la Coupe du monde aux USA, il a 42 ans et 1 mois et devient le plus vieux buteur de l’histoire de la Coupe. Roger Milla se distingue tout d’abord dans deux clubs au Cameroun, les Léopards de Douala et le Tonnerre de Yaoundé, où il remporte deux titres de champion et une Ligue des champions d’Afrique en 1976, année qui le consacre puisque Milla décroche également le Ballon d’Or africain.
Fin dribbleur et fougueux attaquant, les Lions indomptables assistent à l’éclosion du génie. Première sélection et premier but en juillet 1978. Il crève les écrans du monde entier au Mondial 90 en Italie. Le Lion inscrit quatre buts, chaque fois accompagnés d’une Makossa (danse) autour du poteau du corner, cérémonial qui a depuis fait le tour du monde. Ses deux réalisations en prolongation face à la Colombie propulsent le Cameroun en quarts de finale.
À 42 ans et 1 mois (certains disent qu’il en avait plus), il inscrit un nouveau record à son palmarès en devenant le plus vieux buteur de l’histoire de la Coupe du monde. Premier Africain à disputer trois Coupes du monde (1982, 1990, 1994), il a marqué de son empreinte chacune d’entre elles en inscrivant au total 5 buts.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc