Régions

Oujda récupère ses eaux de crues à des fins agricoles

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:4938 Le 13/01/2017 | Partager
71,5 millions de DH pour la reconversion des céréales en arboriculture
Plantation de 1.300 ha d’amandiers
oujda_plante_arbre_038.jpg

Les travaux en cours sont réalisés à hauteur de 30% et concernent la confection des trous et la plantation des amandiers, entamées au mois de décembre 2016. Pour Mohammed M’hidia, wali de la région (en action), il est impératif de développer la filière par l’augmentation des superficies qui passeront de 23.540 à 24.840 ha (Ph. Kharroubi)

Une première agricole au niveau de l’Oriental. Elle concerne le développement de l’amandier par l’épandage des eaux de crues de l’oued Isly. L'épandage est une technique de récupération des eaux de crues à des fins agricoles ou de fixation des sols. Riches en sédiments et en éléments nutritifs, les crues des haut plateaux, généralement perdues ou causant des dégâts, seront maîtrisées via la construction d’ouvrages de dérivation, un canal principal en maçonnerie sur 14 km et un reprofilage des canaux secondaires (pour 56,1 millions de DH).

Cela permettra d'assurer une irrigation régulière à 1.300 ha dans les communes rurales de Sidi Moussa Lamhaya, Isly et Labssara (pour 16,4 millions de DH). Trois communes de la préfecture Oujda-Angad réputées pour la qualité de leurs amandes, mais défavorisées par l’irrégularité des pluies. Cette nouvelle approche de valorisation fait également partie du projet de reconversion des céréales en arboriculture fruitière. En termes d’impacts directs, ce programme contribuera à l’amélioration de la productivité d’amandier (2 t/ha) et à l’amélioration des revenus des agriculteurs de 1.000 à 12.500 dirhams/ha.

Comme il contribuera à la création de 30.000 journées de travail supplémentaires et à la production additionnelle de 2.600 tonnes. C’est ce qu’a expliqué Benyouness Bekkaoui, directeur provincial du département de l’agriculture lors de la présentation de la première tranche de ce programme qui s’inscrit dans le cadre de la nouvelle vision du développement agricole et rural de la préfecture d’Oujda-Angad (vision Grand Oujda 2020). Les travaux en cours sont réalisés à hauteur de 30% et concernent la confection des trous et la plantation des amandiers, entamées au mois de décembre 2016. L’achèvement de l’ensemble de ces opérations est prévu pour décembre 2018. Au fait, le programme prévisionnel prévoit la plantation de 500 ha d’amandiers en 2017 et 500 ha en 2018. Le budget global alloué est de 71,5 millions de dirhams et profitera à un millier d’agriculteurs.

Plusieurs objectifs sont assignés à ce projet dont le développement de la filière de l’amandier, la lutte contre l’exode rural et la contribution à la recharge de la nappe El Fart dans la commune rurale de Labssara (avec un débit de dimensionnement: 5 m3/s). L’accumulation des eaux dans cette dépression contribue efficacement à l’alimentation de la nappe El Fart, ce qui permet à de nombreux agriculteurs à se donner aux activités basées sur le pompage. À elle seule, la commune rurale de Labssara, réputée pour sa production des produits maraîchers, compte quelque 70 puits de pompage. Plusieurs de ces puits recourent à l’énergie solaire.

De notre correspondant,
Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc