Régions

Marrakech: Bye bye le centre de Bab Ighli!

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4936 Le 11/01/2017 | Partager
L’infrastructure qui a nécessité 150 jours et 450 millions de DH a été remballée
Malgré les espoirs des acteurs marrakchis pour la garder
bab_ighli_036.jpg

Seule la canopée de 700 m de long sur 26 m de large, sur laquelle étaient branchées l’ensemble des infrastructures, continue d’occuper le site de Bab Ighli (Ph. Mokhtari)

Une canopée de 700 m de long. C’est ce qui reste du village de Bab Ighli qui avait accueilli la COP22. Les prestataires GL Event et associés ont en effet plié bagage et remballé l’ensemble de l’infrastructure qui a permis d’accueillir les 30.000 participants lors de la conférence du climat en novembre dernier. Et ce n’est pas sans un pincement au cœur que les professionnels ont vu ce site disparaître. Eux qui espéraient garder ce genre d’infrastructure qui pourrait booster le segment du Mice et permettre à Marrakech d’accueillir des événements de la même envergure. En réalité et dès le départ, les structures de Bab Ighli n’avaient pas vocation à durer au-delà de novembre.

En effet, le terrain de 25 hectares qui a abrité les installations est privé et devra être restitué dans l'état d'origine à ses propriétaires (la famille princière). Au lendemain du 18 novembre, les plantations arborées et les palmiers ont été replantées dans d'autres endroits. Et comme l’a souligné Abdeladim Lhafi, commissaire général de la COP22, la mobilisation de ce terrain pour d’autres usages n’est pas dans les missions de la COP22. L’idée de la réutilisation de ces infrastructures a été suggérée par les acteurs marrakchis qui souhaitaient trouver un arrangement pour garder 8 hectares et en faire un centre permanent de conférence. Visiblement, la transaction n’a pas abouti!

Pour ce professionnel de tourisme, peu importe le site, Marrakech se doit de créer son centre de conférence et d’exposition. L’idée est de compléter l’offre actuelle pour le tourisme d’incentive et d’affaires à Marrakech et affirmer le positionnement de la ville et de sa région dans le tourisme d’affaires. Sur ce segment, le Palais des congrès de Marrakech, créé il y a plus de 20 ans par un professionnel du tourisme éclairé, a pu hisser la ville ocre parmi les grandes destinations sur cette niche porteuse. Seulement, cette infrastructure ne suffit plus d’autant plus qu’elle a été conçue au départ pour abriter les congrès et non pour les exhibitions.

Pour rappel, un projet de ce genre avait été en gestation du temps de l’ancien conseil communal présidé par Fatima Zohra Mansouri après une suggestion de l’union locale de la CGEM. Une convention pour la réalisation de ce projet à Ghabat Chabab avait même été finalisée. Le nouveau centre devait être érigé sur une superficie de 6 ha dont 2 seulement seront aménageable. Des estimations de chiffre d’affaires avaient été faites (un volume d’affaires annuel de 150 millions de DH et près de 40.000 nuitées supplémentaires). Ce projet est passé à la trappe avec le nouveau conseil communal.
De notre correspondante,
Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc