Competences & rh

Abdelkarim Mazouzi: «Notre nouvelle politique est de gagner en visibilité»

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:4935 Le 10/01/2017 | Partager
abdelkarim_mazouzi_035.jpg

Abdelkarim Mazouzi: Ingénieur agronomique de formation, il a  roulé sa bosse en France, notamment dans l’entreprise familiale (DBM France) pour ensuite revenir au bercail. Il crée Accent en 1996 (Ph. Khalifa)

- L’Economiste: Quels sont les grands axes de votre politique produit?
- Abdelkarim Mazouzi:
La durée de vie des produits de nouvelle technologie est de plus en plus courte, entre 6 et 9 mois. A Accent, tous les trimestres nous avons environ 8 produits. Nous essayons de consolider entre l’esthétique et la technologie tout en gardant un bon rapport qualité/prix.

- Avez-vous des approches marketing dédiées à chaque marché, surtout ceux en développement?
- Au départ, nous avons travaillé nos produits dans un modèle marocain, mais au fil du temps, nous nous sommes aperçus qu’il y avait des spécifications différentes pour les pays étrangers. En Afrique subsaharienne par exemple, le consommateur a des préférences pour les écrans de 5 pouces et plus. Il recherche également des smartphones offrant une meilleure autonomie de batterie. Ce n’est pas évident d’avoir des gammes pour chaque marché, mais nous travaillons à changer les variantes pour tous nos clients et regrouper cela autour d’un produit.
- Accent semble plutôt timide en visibilité. Pourquoi le marketing de la marque n’est pas aussi agressif que celui des concurrents ?  
- Les multinationales ont des budgets très importants. Ils s’appuient sur leur maison mère pour communiquer. Chez nous, le budget de communication est limité. Nous mobilisons nos propres moyens. Il est vrai que nous n’avons pas communiqué depuis un bon moment, mais ce qui nous intéresse c’est d’être visible vis-à-vis du consommateur en étant présent dans les grandes surfaces, chez les opérateurs télécoms et autres distributeurs. Nous avons compris qu’il n’était pas vraiment primordial d’injecter beaucoup d’argent dans la publicité mais plus gagner en visibilité. C’est notre nouvelle politique!

- Votre introduction en Bourse est-elle toujours d’actualité?
- C’est une idée qu’on mûrit. Il faut d’abord atteindre une vitesse de croisière, mais nous sommes sur un bon trend. Cela pourrait se concrétiser dans les trois années à venir et pourrait aussi nous apporter le soutien financier nécessaire à l’ensemble de nos opérations à l’export.
Propos recueillis par
Tilila EL GHOUARI  

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc