Société

Le Maroc protège sa mémoire de l'eau

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4934 Le 09/01/2017 | Partager
Un musée pour promouvoir l'expertise nationale
Les méthodes ancestrales de captage d’eau et systèmes de distribution... visite guidée
L'initiative des Habous a nécessité 163 millions de DH
prince_moulay_el_hassane_eau_034.jpg

Le prince héritier Moulay El Hassan inaugurait ce jeudi à Marrakech «le Musée Mohammed VI de la civilisation de l'eau au Maroc» (photo MAP)

C’est un nouveau musée qui va enrichir l’infrastructure culturelle de Marrakech.  Il est porté cette fois-ci par les Habous et met en avant la civilisation de l’eau. Le Musée Mohammed VI de la civilisation de l’eau qui vient d’être inauguré par le prince héritier Moulay El Hassan,  est dédié à la gestion de cette ressource. Achevé à la veille de la COP22, ce musée sis à la palmeraie à l’entrée de Marrakech a nécessité plus de 2 ans de travaux.

La nouvelle structure muséographique vise à faire découvrir le génie marocain dans la gestion de l’eau et ce au moment où on parle d’une gestion durable de l’écosystème pour préserver cette denrée rare qu’est l’eau.  Tout au long de l’histoire du Maroc, il y eut des techniques de captage de l’eau, de distribution dans les anciennes villes ainsi que dans les milieux ruraux avec une organisation rigoureuse. Est-il utile de rappeler par exemple que Marrakech -au temps des Almoravides- avait été

memoire_de_leau_034.jpg

Il a fallu deux ans pour construire  le Musée Mohammed VI de la civilisation de l’eau  d’une superficie de 20.000 m2. Outre les équipements muséographiques, le musée comprend des galeries d’expositions ainsi que des aménagements extérieurs (Ph. Mokhtari)

une des premières villes dans l’Andalousie à mettre en place le système des Khattaras (des galeries permettant d’amener l’eau d’une nappe souterraine éloignée en amont jusqu’à la surface en aval).

Aujourd’hui, le musée devrait contribuer à la prise de conscience de la valeur de l'eau et au changement de la vision des gens vis-à-vis de cette ressource précieuse, indispensable et de plus en plus rare. Il met aussi en évidence la relation des Habous et leur rôle historique dans la régie de l’eau. En effet et jusqu’au début du 20e siècle, les mosquées, les fontaines publiques, les latrines, les hammams et les médersas ont bénéficié en priorité de l’eau des Habous tandis que l’excédent était réparti et attribué en locations. D’une superficie couverte de 6.105 m2, le musée occupe près de 2 hectares avec des aménagements extérieurs où il sera installé pour un coût de 98 millions de DH. 

Une autre enveloppe de 65 autres millions de DH a été investie pour  les équipements muséographiques. Construit sur trois niveaux, le musée comprend des galeries d’exposition permanentes d’une superficie de 2.235 m2.  On y retrouve également un espace réservé aux expositions temporaires d'une superficie de 570 m2, ainsi qu’un pavillon éducatif comprenant des salles de formation et d’informatique… En effet, le musée va proposer des visites guidées, des ateliers pédagogiques, des animations adaptées à chaque public et notamment pour les petits. La sensibilisation à la préservation de l’eau et sa gestion durable démarre par le jeune public, futur utilisateur de demain.

 

L'Economiste vous conseille

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc