Analyse

Banques participatives: Des offres attendues dès le 1er trimestre

Par Franck FAGNON | Edition N°:4934 Le 09/01/2017 | Partager
BCP et CIH Bank parmi les premières à les lancer
Crédit du Maroc dévoile son plan d'action

Une semaine après l'octroi des agréments pour les banques et les fenêtres (espaces dédiés dans les agences) participatives, Bank Al-Maghrib tiendra incessamment une réunion avec les bénéficiaires des visas pour coordonner le lancement de l'activité. La finalisation du chantier réglementaire, la validation des produits et services par le Conseil supérieur des oulémas ou encore la mise en place des assurances Takaful et des sukuks sont des préalables au démarrage des banques participatives. Ces chantiers devraient être bouclés dans les prochaines semaines. BCP et CIH Bank, qui se sont alliées respectivement à Guidance et Qatar International Islamic Bank, prévoient la commercialisation des premiers produits participatifs d'ici mars. Les autres acteurs dont Crédit du Maroc seraient opérationnels au cours du premier semestre.

La filiale marocaine du groupe Crédit Agricole France a opté pour la fenêtre participative. «Une enquête auprès de nos clients a fait ressortir une préférence pour ce modèle. La proximité demeure un critère important pour le client marocain», justifie le management. CDM va aménager 12 espaces au sein d'agences dans les grandes villes du Royaume. Pour l'ensemble des opérateurs, la profondeur du marché déterminera le rythme de développement du réseau de distribution. «Nous serons à l'écoute de nos clients et prospects et nous poursuivrons le déploiement des points de vente soit sous le format d'espaces participatifs soit d'agences dédiées», fait savoir la direction de CDM.

Le marketing et la communication seront un des défis majeurs pour les banques participatives, encore plus pour les établissements qui ont fait le choix de la fenêtre. «La confusion est toujours possible surtout pour une nouvelle activité. Nous sommes conscients qu'il y a un défi en termes de communication, d'information et de formation et sommes mobilisés à ce sujet à travers différents canaux», indiquent les responsables de CDM. La fenêtre participative sera quasiment une banque dans la banque avec un système d'information, un référentiel de procédures et des équipes commerciales dédiés. Cette précision de CDM a pour objectif de démontrer une totale étanchéité entre les activités de banque conventionnelle et celles de banque participative.

Quant à l'offre, elle sera progressive et touchera tous les segments de clientèle (particuliers, professionnels, entreprises). «Nous commencerons par les produits les plus simples et les plus classiques pour évoluer vers des offres plus élaborées». Cette évolution graduelle permettra aux clients de se familiariser avec les produits, mais donnera aussi le temps aux équipes commerciales de se roder. Par ailleurs, l'évolution de l'offre suivra celle de l'écosystème et d'autres aspects comme la fiscalité, la législation, la conservation foncière ou encore les fournisseurs.

La tarification suscite beaucoup de curiosité

EN attendant le déploiement des produits participatifs, leur tarification suscite tant de curiosité et des discussions à foison. «Sur des marchés matures comme la Malaisie, les tarifications des banques participatives sont proches des benchmarks en conventionnel», constatent les dirigeants de CDM. Au Maroc, «il est difficile de se prononcer car cela dépendra des volumes, de la dynamique, de l'équilibre entre l'offre et la demande, en particulier avec huit acteurs sur le marché», estiment-ils.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc