Régions

Fès trace ses priorités pour 2017

Par Youness SAAD ALAMI | Edition N°:4932 Le 05/01/2017 | Partager
Patrimoine, industrie, tourisme…les projets foisonnent
Objectif: Assurer la relance des activités économiques
fes_priorite_villes_032.jpg

Préserver l’identité du centre historique de Fès figure à la tête des priorités. Toutefois, la médina ne peut pas garantir la survie de plus d’un million d’habitants. D’où l’appel des opérateurs pour diversifier les activités industrielles (Ph. YSA)

Relancer l’activité économique de Fès et lui dessiner un avenir meilleur. Telle est l’ambition des autorités locales et élues qui président aux destinées de la ville. En tête, Driss El Azami Idrissi, le maire de la ville, qui se penche actuellement sur la préparation d’un plan de travail en adéquation avec l’identité de la capitale spirituelle. Un plan global et intégré qui se basera sur des projets réalistes et réalisables, avec l’appui et l’apport des différents partenaires.
 
 

fes_capital_academique_032.jpg

■ Une refondation de la capitale académique
De l’avis des décideurs de la ville, Fès doit préserver son cachet spirituel et académique. Cette volonté s’exprime par les projets menés un peu partout au niveau de sa médina. Le mot d’ordre: redorer le blason de la capitale Idrisside, récupérer son patrimoine, et permettre une refondation de son cœur historique. C’est ainsi que 27 monuments à forte charge historique ont bénéficié d’une cure de jouvence. Ce gros lifting s’inscrit dans le cadre du programme de restauration de la médina de Fès, lancé par le Roi en mars 2013 et exécuté par l’Ader-Fès. D’un investissement de près de 300 millions de DH, ce projet a porté sur la rénovation des Medersas, forteresses, murailles, maisons et ponts historiques. Bien évidemment, après cette restauration «réussie», tous ces sites devraient être mis en avant, ouverts et accessibles au public marocain et étranger. Et ce, dans les plus brefs délais. Signalons qu’à elle seule, la médina offrira à ses visiteurs un lieu riche en histoire, à chaque ruelle une découverte surprenante entre les boutiques de coin de rue, les ateliers des artisans, les foundouks et les médersas.

autoroute_fes_tanger_032.jpg

■ Impulsion nouvelle pour l’autoroute Fès-TangerMed
Le projet de l’autoroute Fès-TangerMed est mis sur les rails. «La direction des études et stratégies du ministère du Transport l’a prévu», a affirmé Omar El Fassi, deuxième vice-maire de Fès. Selon lui, «il aura fallu convaincre les responsables du ministère de l’intérêt d’une liaison rapide entre la capitale spirituelle et la ville du détroit, au bout de plus de 20 réunions avec une commission parlementaire». Pour rappel, ce projet fait partie des principales recommandations des opérateurs économiques fassis. En fait, une étude pour la réalisation d’une autoroute reliant Fès et Tétouan était sur le point d’être lancée, en 2008, à l’initiative des Conseils communal et régional et le ministère de l’Equipement et des Transports représenté par la Direction des routes et de la circulation routière (DRCR). Mais rien n’y fait. Unanimes, les «derniers industriels de la ville» espèrent que le prochain gouvernement lance l’exécution de ce projet cette année.

■ Un hub pour l’industrie automobile
Si en 2016, les opérateurs économiques ont «milité» pour que Fès redevienne une destination industrielle. Ce vœu doit être exaucé en 2017, afin de créer une dynamique d’investissement. «Nous traçons, avec les autorités locales et élues, les actions à mener et les opportunités d’investissement à saisir», souligne Mohamed Berrada Rkhami, président de l’Union régionale de la CGEM. Le lobbying des hommes d’affaires préconise la création d’un hub automobile en partenariat avec l’Amica. Pour y arriver, la CGEM entend proposer une offre concrète le 27 janvier 2017, à l’occasion d’une rencontre qui sera organisée en présence de donneurs d’ordre internationaux. Rencontre qui devrait se tenir en présence des présidents de la Fédération de l’automobile, du groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales, et de la fédération des technologies de l’information, des télécommunications et l’offshoring, les patrons de Renault, PSA, Boeing, Airbus et bien d’autres donneurs d’ordre. Ce serait l’occasion de donner un nouveau départ à l’activité industrielle de la région.

Le tourisme n’est pas en reste

fes_tourisme_032.jpg

Inauguration du nouveau terminal de l’aéroport Fès-Saïss, connexion aérienne avec les capitales européennes et africaines, renforcement des capacités hôtelières, sécurité…telles sont les batailles du secteur du tourisme pour 2017. En attendant, MedZ, la filiale de CDG Développement chargée de l’aménagement de la zone touristique Oued Fès, devrait annoncer les résultats de l’appel à manifestation d’intérêt international (AMI) pour la cession à titre gracieux de deux lots hôteliers à Oued Fès. Pour rappel, cet AMI concerne la cession gracieusement de deux lots de terrain d’une superficie de 28.256 m2 et de 10.613 m2 pour la construction de deux hôtels. Jouissant d’un emplacement exceptionnel et stratégique, jouxtant un futur palais des congrès et un théâtre, les deux lots d’hôtellerie permettraient de doter la ville d’au moins 1.000 lits additionnels. Signalons que la cession à titre gracieux des deux lots hôteliers est assortie d’un cahier de charges très vigoureux et avec des délais de réalisations prédéterminés. En tout cas, Oued Fès Golf City constitue un projet pilote de la vision du Plan Mada’in. Ce projet résidentiel et touristique intégré présente un positionnement unique et de nombreux atouts qui en font une opportunité d’habiter, de se divertir et d’investir autrement. 

De notre correspondant,
Youness SAAD ALAMI

L'Economiste vous conseille

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc